Banner
Forêt

Les forêts tropicales: Les forêts tropicales

Les forêts tropicales

Les forêts tropicales Mondiales
Les forêts tropicales sont un monde à part; et leur importance pour l’écosystème mondial et la vie des hommes est primordiale. Sans parallèle en termes de diversité biologique, les forêts tropicales sont un réservoir naturel de diversité génétique qui offre une riche source de plantes médicinales, de nourritures à haut-rendement, et une myriade d’autres produits de forêt tout aussi utiles. Elles sont un habitat important pour les animaux migrateurs et supportent jusqu’à 50% de toutes les espèces présentes sur Terre, ainsi que de nombreuses cultures indigènes diverses et uniques. Les forêts tropicales jouent un rôle primordial dans la régulation du climat mondial tout en maintenant des précipitations régulières, et luttant contre les inondations, les sécheresses, et l’érosion. Elles emmagasinent de vastes quantités de carbone, tout en produisant une quantité significative de l’oxygène terrestre.

Les forêts tropicales à travers le Monde
La majorité des forêts tropicales est trouvée dans quatre domaines biogéographiques : l’Afrotropical (Afrique continentale, Madagascar, et les îles éparses), l’Australien (Australie, Nouvelle-Guinée, et les Iles Pacifiques), l’Indomalayan (Inde, Sri lanka, Asie continentale, et Asie du sud-est), et le Neotropical (Amérique du Sud, Amérique Centrale, et les Petites Antilles).

Types de forêts tropicales
Les forêts tropicales sont présentes à travers le monde, non seulement dans les régions tropicales, mais aussi dans les régions à climat tempéré comme le Canada, les Etats-Unis, et l’ex Union Soviétique. Ces forêts, comme les forêts tropicales, bénéficient de pluies abondantes toute l’année, et sont caractérisées par une canopée fermée et une grande diversité d’espèces, mais il leur manque la chaleur et la lumière du soleil associées avec les forêts tropicales. Cependant ce livre se concentre sur les forêts tropicales, et celles-ci sont les seules formes de forêt abordées ici.

Structure et Caractère

Structure de la forêt tropicale
Les forêts tropicales à travers le monde sont relativement diverses, mais partagent plusieurs caractéristiques les définissant telles que le climat, les précipitations, la structure en canopée, les relations symbiotiques complexes et la diversité d’espèces. Chaque forêt tropicale n’est pas nécessairement conforme à toutes ces caractéristiques et la plupart des forêts tropicales n’ont pas de frontières claires, mais peuvent se mélanger avec les forêts voisines: mangrove, forêt humide, forêt de montagne, ou forêt tropicale à feuilles persistante.

Structure de la forêt tropicale
Les forêts tropicales humides sont caractérisées par une structure végétale unique composée de plusieurs couches verticales comprenant les arbres émergents, la canopée, le sous étage, la couche d’arbrisseau, et le tapis forestier. La canopée se réfère au plafond dense de branches d’arbres et de feuilles formé par les arbres très peu espacés. La canopée supèrieure est situé à 100-130 pieds au-dessus du sol de la forêt, pénétrée par quelques arbres émergents dispersés, hauts de 130 pieds ou plus, cela forme la strate connue le nom d’arbres émergents. Au dessous de la canopée se trouvent plusieurs niveaux de feuilles et branches formant ensemble le sous étage. La partie la plus basse du sous étage, à 5-20 pieds (1,5-6 mètres) au-dessus du sol, est appellée couche d’arbrisseau, et est composée de buissons et de jeunes arbres. Rainforests are characterized by a unique vegetative structure consisting of several vertical layers including.

Diversité de la forêt tropicale

Rôle du Climat, de l’Energie Solaire et de la Stabilité
Le climat chaud et humide joue un rôle important dans la variété de forêt tropicale. En règle général, la diversité et la productivité de l’écosystème augmentent avec la quantité d’énergie solaire disponible au milieu. La lumière du soleil est captée par les feuilles des plantes de la canopée, transformée en sucres simples par la photosynthèse et dispersée à travaer les système d’énergie de la forêt lorsque les feuilles et fruits sont mangés ou décomposés par divers organismes. La première fonction de production de l’écosystème primaire est la fixation de carbone par les plantes. Les forêts tropicales ont les plus importants moyens de production primaires d’écosystème terrestre, ce qui signifie qu’un demi-hectare de forêt tropicale emmagasine plus de carbone qu’un demi-hectare de n’importe quel autre type de végétation. Le climat humide ajoute un autre élément essentiel à la riche diversité : l’eau.

Diversité de la forêt tropicale
Les forêts tropicales abritent la plus grande diversité d’organismes sur Terre. Bien qu’elles couvrent moins de 2% de la surface de la Terre, elles abritent environ 50% de la vie sur la planète. Le nombre de créatures qui habitent les forêts tropicales est si grand—un estimation de 5-50 millions d’espèces— qu’il est presque incompréhensible

Structure de la canopée, des sols, effets du secteur sur la biodiversité
Le caractéristique système de canopée des forêts tropicales humides augmente la diversité des espèces en créant de nouvelles niches sous forme de nouvelles sources de nourriture, de nouveaux abris, de nouvelles cachettes, et de nouveaux secteurs pour l’interaction avec d’autres espèces. En fait, il est estimé que 70-90% de la vie dans la forêt tropicale est trouvée dans les arbres. Un des meilleurs exemples de niches de canopée qui multiplie la diversité sont les epiphytes, beaucoup d’entre lesquels forment de petits écosystèmes uniques. Les réservoirs des bromeliades des forêts du Nouveau Monde peuvent retenir plus de huit litres (deux gallons) d’eau dans poches formées par leurs feuilles raides et levées. Ces mares d’eau servent de garderies pour les têtards de grenouille et les larves d’insectes spécifiquement adaptés à la vie dans ces petites niches sombres, et fournissent de l’eau aux millions d’autres habitants de la canopée. Plus de 28.000 espèces d’epiphyte sont déjà connues de la science, bien qu’un très grand nombre d’autres n’a pas encore été catalogués.

Variations à court terme, Périodes glaciaires, Ecotones
Les forêts tropicales humides et leur diversité n’existent pas dans un état constant, mais sont le produit d’une série d’impacts incluant des feux, des chutes d’arbres, le déboisement des hommes à petite échelle et même des coulées de lave. Ces événements peuvent augmenter la diversité forestière en donnant aux nouvelles espèces une chance de grandir en l’absence des arbres de canopée imposants. La croissance de nouvelle espèce d’arbre signifie de nouvelles possibilités pour leurs espèces symbiotiques (par exemple de nouveaux pollenisateurs ou disperseurs de graines).

Biodiversité de la forêt tropicale humide
Parce que les plantes poussent toute l’année dans la forêt tropicale humide, elles doivent continuellement se défendre contre un éventail de prédateurs. Pendant les millions d’années d’évolution, les plantes ont développé une variété de moyens de défense mécaniques et biochimiques. Les moyens de défense mécanique tels que les épines et les poils urticants semblent être une protection secondaire aux composés chimiques produits par les plantes, tels que les alcaloïdes, les tanins et les acides aminés toxiques.

MIMETISME ET CAMOUFLAGE dans la forêt tropicale humide
Il y a trois formes de mimétie utilisées tant par le prédateur que par la proie : Mimétisme Batésien, Mimétisme de Müller et auto-mimétisme. Le mimétisme se réfère aux ressemblances entre l’espèce animale; le camouflage se réfère à une espèce animale ressemblant à un objet inanimé.

Canopée de forêt tropicale

Canopée de forêt tropicale—Introduction
Environ 70-90% de la vie dans la forêt tropicale humide se trouve dans les arbres, au-dessus du sol forestier ombragé. La forêt tropicale humide primaire est verticalement divisée d’au moins cinq couches : la couche supérieure, la canopée, la couche inférieure, la couche d’arbustes et le sol forestier. Chaque couche a ses propres espèces de plantes et animaux interagissant avec l’écosystème autour d’eux.

Canopée de forêt tropicale—Recherche & Etude
Peu de choses étaient connues de cette riche couche jusqu’à relativement récemment lorsque les scientifiques ont découvert des façons efficaces d’étudier la canopée. Cependant, même avec les techniques d’étude modernes, nombre des espèces, des systèmes et des inter-relations de la canopée sont toujours mystérieux et beaucoup restent encore à découvrir.

Canopée de forêt tropicale—Couche supérieure
La couche supérieure consiste en arbres émergents géants qui culminent au-dessus de la canopée environnante. Ces arbres sont énormes, au moins par des normes tropicales, certains faisant plus de 213 pieds (65 mètres) de hauteur avec des branches s’étendant à plus de 100 pieds (30 m). Ces arbres vivent dans un climat différent des arbres de la canopée. L’air est beaucoup plus sec et des vents relativement forts soufflent dans leurs branches. Ces espèces de la couche supérieure se sont adaptées pour profiter du vent pour la dispersion de leurs graines et par conséquent les graines de cette espèce sont légères et équipées d’une sorte de mécanisme pour permettre aux vents de les porter sur de grandes distances loin de l’arbre parental.

Arbres de la canopée
La canopée est l’endroit le plus riche de la forêt tropicale humide et s’étend sur une épaisseur de 10-40 pieds (3-12 m). D’innombrable espèces habituellement considérées comme vivant au sol se sont adaptés à la vie dans la canopée, incluant des vers, des crabes, des grenouilles, des kangourous, des fourmiliers et des porc-épics – où ils se nourrissent de l’abondance de fruits, des graines et des feuilles ou des nombreux animaux qui sont attirés par ce type de nourriture. La flore de la canopée est aussi riche grâce à la variété d’épiphytes et de lianes.

Epiphytes
Il y existe bien plus de 15,000 épiphytes dans le seul domaine neotropical, et plus de 30,000 espèces à travers le monde de même que de nombreuses espèces non cataloguées. Le terme épiphytes décrit une plante qui, comme un parasite, grandit sur un hôte, mais à la différence d’un parasite, ne prend aucune substance nutritive de l’arbre lui-même et compte sur les substances nutritives de l’air, la pluie et le compost qui se trouve sur les branches de l’arbre. Leur mode de vie epiphytique avantage ces plantes dans la forêt tropicale humide, leur permettant l’accès à la lumière du soleil plus directe, un plus grand nombre d’animaux pollinisateurs de canopée et la possibilité de disperser leurs graines via le vent. Les épiphytes peuvent être familiers aux personnes des climats temprés parce que beaucoup de plantes d’intérieur et « plantes aériennes » sont en réalité des épiphytes de la forêt tropicale humide.

Lianes et plantes
Plantes grimpantes, plantes rampantes, lianes (boisées) et autres sont abondantes dans la canopée et représentent une importante proportion de la végétation dans les forêts tropicales humides. Il existe plus de 2,500 espèces de plantes grimpantes de 90 familles [répartition des lianes]. Leurs formes varient de la petite plante grimpante, peu discrète qui grimpe le long des arbres aux lianes géantes épaisses comme des arbres qui semblent suspendues au milieu de la forêt indépendemment des arbres. Certaines des plus grandes lianes boisées peuvent excéder 3,000 pieds de longueur. Le rotin, une liane, est bien connu pour son utilisation dans la fabrication de meubles et de cordes. Le rotin produit aussi des fruits gros et comestibles- les préférés des primates.

La Canopée – Animaux
La diversité incroyable de sources alimentaires et les niches uniques des arbres de canopée subviennent aux besoins d’une large variété d’espèces animales. Les animaux se rassemblent souvent autour d’un arbre en fleurs, qui fait que les arbres en floraison sont parmi les meilleurs endoits pour voir la faune et flore. En de tels endroits, où l’alimentation est abondante, les animaux établissent leurs territoires, mais depuis la couverture de feuilles de la canopée affecte les limites territoriales visuelles, la plupart des animaux les remplacent par des signaux sonores. C’est la raison pour laquelle certains des animaux les plus bruyants qu monde vivent dans la canopée. Beaucoup de primates émettent des hurlements et des cris perçants, tandis que les oiseaux chantent pour faire savoir aux autres animaux que ces derniers rentrent sur leur territoire.

Déplacement animal dans la canopée
Parce qu’il existe des trous significatifs entre les branches de la canopée, les animaux de cette zone doivent être capables de négocier ces discontinuités d’un moyen ou d’un autre. La majorité des espèce de canopée grimpent, sautent, ou volent d’arbre en arbre et sont équipées des mécanismes appropriés qui leur permettent de le faire avec succès. Certaines espèces ont subi des adaptations majeures qui leur permettent de planer. Le moyen de déplacement dominant dans la canopée est différent sur chaque continent, un produit de la structure de la forêt et de l’évolution.

Chauve-souris de forêt tropicale humide
Les mammifères les plus abondants dans la forêt tropicale humide ne sont pas de gros animaux vivant à terre, mais des chauves-souris. Les tropiques ont la plus grande variété de chauves-souris et, en conséquence, le groupe de mammifères le plus divers de la forêt tropicale humide est celui des chauves-souris, représentant plus de 50% des espèces de mammifères. La taille des chauves-souris s’étend des roussettes géantes, avec une envergure de six pieds (1.8 m), à la chauve-souris bourdon minuscule de Thaïlande, le mammifère le plus petit au monde, pesant moins qu’un penny américain. Les habitudes alimentaires de chauves-souris tropicales sont tout aussi diverses, incluant le fruit, le nectar, le sang et la viande; de même que les endroits qu’elles choisissent pour s’abriter.

Autres mammifères de canopée
Les primats sont caractéristiques de chaque domaine de forêt tropicale humide continentale, à part le domaine, Australasian et sont composés de presque 200 espèces vivantes dans plus de 50 genres. Il est pensé que les primates ont descendu de leurs ancêtres insectivores d’il y a entre 100 et 65 millions d’année. Les ancien primates ressemblaient plus aux lemurs et au tarsier actuels, et les primates supérieursne sont pas apparu jusqu’il à 37 à 23 millions d’années. Les primates supérieurs incluent les singes, les chimpanzés et les humains et les espèces non-humaines sont généralement divisées entre les singes du Vieux-Monde et les singes du Nouveau-Monde.

Oiseaux de canopée de la forêt tropicale humide
La majorité des plus de 10,000 espèces d’oiseaux au monde se trouvent dans les tropiques et 50% des toutes les espèces d’oiseaux se trouvent dans le bassin Amazonien et en Indonésie.

Amphibiens, Reptiles, Invertébrés
Les grenouilles sont primordialement les amphibiens les plus abondants de la forêt tropicale humide. À la différence des grenouilles des climats tempérés qui sont surtout limitées aux habitats près de l’eau, les grenouilles tropicales sont les plus abondantes dans les arbres et relativement peu sont trouvés près de souces d’eau sur le sol forestier. La raison pour cela est tout à fait simple : les grenouilles doivent toujours garder leur peau moites puisque la moitié de leur respiration s’effectue à travers leur peau. La haute humidité de la forêt tropicale humide et les pluies torrentielles fréquentes donnent aux grenouilles tropicales infiniment plus de liberté de se déplacer dans les arbres et d’échapper à leurs nombreux prédateurs aquatiques de la forêt tropicale humide.

Sol de la forêt

La couche infèrieure
Le sol de la forêt tropicale humide est rarement la jungle épaisse et impénétrable des films et autres histoires d’aventures. C’est en fait plutôt le contraire: le sol est relativement dégagé de toute végétation à cause de la profonde obscurité créée par peut être 100 pieds (30 m) de végétation de canopée au-dessus. La canopée ne fait pas que bloquer la lumière, mais filtre la pluie et le vent. Une personne visitant la forêt tropicale humide pendant une pluie torrentielle ne sentira en général pas immédiatement la pluie tomber parce qu’une grande quantité d’eau est déviée et recueillie par les diverses plantes de canopée. Le fait que le vent soit bloqué par la canopée fait du sol forestier un endroit calme où seulement la brise la plus légère souffle pendant les orages tropicaux. En marchant dans la forêt tropicale humide primaire une torche électrique peut être plus utile qu’une machette car la croissance des plantes au niveau du sol est limitée par le manque d’éclairage. Au lieu de la végétation étouffante, le visiteur y trouvera de grands troncs d’arbres, des plantes grimpantes et des lianes, d’innombrables jeunes plantes, des jeunes arbres et un relativement petit nombre de plantes au sol.

Le cycle des sols et nutriments
Comprendre la composition de base des sols forestiers aide à expliquer le concept des cycles des substances nutritive dans la forêt tropicale humide; Pourquoi il y a des problèmes avec le déboisement de secteurs de forêt tropicale humide pour l’agriculture; et comment les sols sont un facteur important influençant la complexité forestière.

Graines et Fruits
Un grand nombre des graines et fruits produits par les arbres de la canopée tombent par terre où ils nourrissent les espèces collectrices de graines (rongeurs, oiseaux, poisson, etc) et créent une banque naturelle de graines dans le tapis de feuilles. Il y a 2 stratégies de pousse lorsque les graines touchent le sol. Une des stratégies est de produire de grosses graines avec des réserves de nourriture permettant aux petits plants de survivre dans les conditions de pénombre de la couche inférieure. La deuxième méthode charactéristique de nombre d’espèces pionnières est de produire un grand nombre de petites graines qui ne germeront que dans certaines conditions (en général des trous de lumière). Lorsqu’un trou de lumière se créée, ces graines germent et les petits plants poussent rapidement pour combler le trou dans la canopée.

Trous de lumière, Pousses, Arbrisseaux
La majorité du reste des forêts du monde ne sont pas des forêts tropicales classiques avec des arbres immenses, un intérieur ouvert, et quasiment pas de plantes au sol. A la place, la plupart des forêts tropicales ont récemment été impactées par des tempêtes, des incendies, le déboisement et les glissements de terrain et se sont donc par conséquent éparpillés en divers stages de repousse.

Mammifères du sol de la forêt
Comme il y a peu de plantes poussant au sol, la forêt tropicale humide ne peut subvenir aux besoins que d’un petit nombre de gros mammifères et par conséquent un nombre encore plus petit de prédateurs. La majorité des animaux vivant au sol sont de taille petite à moyenne qui se nourrissent sur des fruits et graines tombés au sol, des pousses et des petites proies.

Mammifères du sol de la forêt tropicale
A cause de la rareté des grosses proies, les plus gros prédateurs sont relativement rares dans la forêt tropicale. Nombre de ces carnivores se sont adaptés à l’insuffisance de grosses proies au sol eb chassant dans la canopée ajoutant à leur régime de plus petits animaux tels que des poissons, des rongeurs, des oiseaux, est des reptiles. Le plus grand gruope de prédateurs de prédateurs mammifères sur le sol de la forêt sont les chats. Chaque région boisée, hormis le domaines Australasien a ses propres espèces de chat de forêt.

Oiseaux du sol de la Forêt
La majorité des oiseaux du sol de la forêt sont des mageurs d’insectes et difficile à voir, bien que si l’on marche silencieusement dans la forêt il n’est pas rare d’en surprendre quelques-uns. Les forêts Asiatiques abritent le paon et la poule de jungle (dont son descendus les poulets domestiques) en plus du paon bien connu d’Inde et du Sri-Lanka. Le paon commun passe la majeure partie de l’année en gros troupeaux, mais au début du printemps, la période de reproduction, un seul mâle forme un harem comprenant de 2 à 5 femelles. Seuls les mâles ont des plumages voyants et élaborés. Le paon vert a une gamme plus large à travers l’Asie du Sud-Est et est plus gros, avec un plumage essentiellement vert et métallique.

Reptiles et Amphibiens au sol
Les prédateurs vertébrés les plus abondants sur le sol de la forêt sont les reptiles, plus précisemment les serpents et lézards. Les serpents de forêt les plus connus sont les géants constricteurs, les pythons du Vieux Monde et d’Australie, et les boas du Nouveau Monde, mais nombreux sont arboricoles, aquatiques, ou relativement petits. La majorité des serpents du sol de la forêt sont de taille petite à moyenne, nocturnes et faiblement venimeux. Ils mangent une gamme d’amphibiens, mammifères, petits oiseaux, et insectes. Très peu de ces espèces représentent une menace pour les humains, bien que certains soient connus pour mordre. La vipère fer-de-lance du Nouveau-Monde, les cobras du Vieux Monde, et les serpents à sonnette du Nouveau-Monde en sont des exemples connus.

Invertébrés au sol
Les invertébrés sont de loin les animaux les plus divers et abondants dans la forêt tropicale. Ils ont envahi presque toutes les niches imaginables et inimaginables, et chacun joue un rôle unique, bien que toujours peu compris, dans l’écosystème. Par exemple, les invertébrés sont indispensables dans le sol pour le processus de décomposition. Ces espèces se nourrissent de plantes en décomposition, de substances de plantes et de particules organiques. Les vers de terre, termites, et autree fragmentent des particules plus grosses en des tailles plus faciles à gérer pour les bactéries, champignons et mirco-organismes.

La forêt Liquide

Eaux de la forêt Tropicale
Certaines des plus grands fleuves au monde se trouvent dans les forêts tropicales humides, tels que l’Amazone, le Madeira, le Mékong, le Negro, l’Orinoco, et le Zaïre (Congo), à cause du montant d’eau qu’ils reçoivent. Ces mega-fleuves sont nourrit par d’innombrables affluents, ruisseaux et criques. Par exemple, le seul Amazione a plus de 1.000 affluents, dont 17 font plus de 1.600 km de long. Bine que les grands fleuves tropicaux soient rlativements uniformes en apparence et dans la composition de leurs eaux, leurs affluents varient grandement. Nombre de rivières et ruisseaux tropicaux ont des niveaux d’eau allant de très haut à très bas à différents moments de l’année.

Fleuves de Forêt tropicale
Les visiteurs voyant l’Amazone et les autres grands fleuves tropicaux pour la première fois sont presque choqués de voir l’eau boueuse marron, paraissant presque poullée. Cependant, cette couleur ne résulte pas d’égouts ou de pollution, mais de la forte contenance en sédiments de l’eau. Chaque jour, des tonnes de sédiments sont déposés dans les fleuves des forêts tropicales par les eaux venant de montagnes et des forêts environnantes suite aux lourdes pluies tropicales. La charge de sédiments est encore plus élevée lorsque la déforestation a laissé les sols à nu et que d’importantes quantités de sol arable sont érodés par les pluies.

Fleuves-rivières, Ruisseaux, et criques
A cause de leur taille et abondance, les fleuves de la forêt tropicale humide sont souvent boulversant pour les visiteurs venant pour la première fois. Ce qui rend encore plus perplexe est la capacité qu’ont les fleuves tropicaux à de diviser en de larges branches, formant des îles géantesqui peuvent facilement être confondues avec le continent lui même. Il est parfois impossible de distinguer quelle est la branche principale du fleuve.

Inondation, Basse Eau, Haute Eau
L’inondation saisonnière est une caractéristique de nombreux fleuves tropicaux, bien que peu puissent êtres comparé aux bien nommés Igapo (Forêt marécacge) et Varzea (forêt inondée) du Bassin du fleuve Amazone, où de vastes étendues de forêt sont inondées jusqu’à des profondeurs de 40 pieds (12 m) pendant la saion des inondations. Les faibles inondations se déroulent d’Aout à Septembre, tandis que les plus fortes inondations se produisent en Avril et Mai. Les affluents qui drainent le Bouclier Guyanais débordent en Juin, tandis que ceux qui drainent le Bouclier Brésilien débordent en Mars ou Avril. Comme les pic des saisons des pluies ne sont pas synchro, les pics de décharge des fleuves de la rive gauche (Bouclier Guyanais) et de ceux de la rive droite (Bouclier Brésilien) sont quelque peu désynchronisés, ce qui a pour effet de modérer les niveaux d’eau sur le fleuve principal, mais les affluents peuvent connaitre des variations extrêmes.

Prairies Flottantes
Les plantes flottantes ont certains avantages sur les plantes submergées car elles ont toujours accès à la lumière du soleil et peuvent facilement utiliser les nutriments des rivières d’eaux blanches. les plantes submergées éprouvent des difficultés à capturer assez de lumière dans les eaux boueuses pour effectuer assez de photosynthèse.

La vie près du Fleuve
Peu d’espèces de plantes de rive (berge) seront trouvées dans la forêt. Ces dernières ont tendance à ressembler aux plantes colonisatrices de trou de lumière ou de lisière de forêt qui poussent dans la forte luminosité d’endroits ouverts. Il n’y a pas de grande diversité parmi les plantes de berges, et les cours d’eau sont souvent bordés par des murs de plantes grimpantes qui couvrent les arbres cherchant accès à la vive lumière du soleil tropical. La présence de cette végétation épaisse est la principale raison pour laquelle les premier explorateurs en Amazonie désignèrent la forêt tropicale comme étant une « jungle impénétrable. »

Importance des fleuves de forêt tropicale pour les Hommes
Les fleuves tropicaux ony toujours joué un rôle essentiel dans l’écologie de la forêt tropicale, mais elle ont aussi été importantes dans les vies des personnes habitant les forêts et celles ni habitant pas. Avant l’arrivée des Européens, des civilisations étendues et de plus petites sociétés se sont formée le longs des cours d’eau principaux qui servaient de moyen de transport et de communication, un axe pour le commerce, et une source d’eau et de poissons. Cependant, à cause de leur localisation le long des fleuves principaux, de telles installations furent les premières à disparaitre, soit par impact direct avec les guerres, soit par impact indirect, terrassés par les maladies européennes.

Menaces pesant sur les lacs et fleuves tropicaux
Aujourd’hui, les eaux de la forêt tropicale sont fortement menacées par les projet hydro-électriques, l’érosion due à la déforestation, la surpêche, et l’empoisonnemnt par les déversements d’hydrocarbures et produits chimiques. Les effets de la dégradation de ces eaux sont étendus, infligeant des dommages sur l’économie globale, l’environnement, et les populations locales.

Peuples de la forêt tropicale

Peuples de la forêt tropicale
Les forêts tropicales humides ont longtemps hébergé des populations autochtones dont les civilisations et cultures se sont formées en se basant sur l’environnement dans lequel elles vivent. De remarquables civilisations telles que les Mayas, Incas, et Aztèques développèrent des sociétés complexes et apportèrent de formidables contributions à la science. Vivant de la nature et n’ayant pas de technologie leur permettant de dominer leur environnement, les indigènes apprirent à observer leur environnement et à comprendre les complexités de la forêt tropicale. De génération en génération, ces peuples apprirent l’importance de vivre avec leur environnement et en sont venus à compter sur les innombrables bénéfice renouvelables que la forêt peut fournir.

Peuples de la forêt Africaine
Aujourd’hui, la forêt tropicale Africaine abrite certaines des tribus les plus célèbres, les « Pygmées » de la forêt d’Ituri dans le nord du Zaïre. Le plus grand de ces peuples, appellé les Mbuti, dépassent rarement les 5 pieds (1.5 m). En plus des Mbuti, Il existe d’autres peuples importants dans la forêt tropicale d’Afrique: les Aka (République Afrique Centrale et Nord Congo), les Baka (sud Cameroun), et les Twa (Milieu du Bassin du fleuve Zaïre). Ensembles, ces groupes comptent 130.000 â 170.000 mambres, répartis sur une large étendue de la forêt. Le résultat est une faible densité de population; les Mbuti ont environ moins d’une persone par 1,5 mile carré (4 km carrés).

Peuples de la forêt Asiatique
L’Asie est de long la région la plus peuplée sur terre, et les pressions démographiques poussent les gens dans les territoires boisé où ils interrompent la vie des quelques peuples de forêt restant. Les habitants originaux de l’Asie du Sud-Est avaient une peau sombre, des cheveux crépus, un large nez Australoïde et certains d’entre eux sont partis en Australie. Ils étaient chasseurs, pas fermiers, mais utilisaient néanmoins une grande variété de plantes pour se nourrir, pour remèdes médicamenteux, et de nombreuses autres choses. Ces peuples ont depuis été poussés aux confins de la forêt tropicale par les vagues d’immigration. Aujourd’hui, les peuples originaux de la forêt tropicale Asiatique ne se rencontrent que dans certaines parties éloignées des forêts de la péninsule Malaysienne, de Bornéo, des îles Andaman, des Philippines (Ile Palwan) et de Nouvelle-Guinée.

Peuples Américains de la forêt
Les forêt tropicales Américaines abritèrent autrefois certaines des civilisations de l’antiquité les les plus dévelopées incluant celle des Incas (Andes), des Mayas (Amérique Centrale), et des Aztèques (Amérique Centrale). Ces peuples créèrent de vastes métropoles et firent de nombreuses avancées en agriculture et dans les sciences. Néanmoins, tout cela changea avec l’arrivée des Européens à la fin du 15ème et au 16ème siècle.

Peuples de la forêt aujourd’hui
Les forêts tropicales humides ont subvenus aux besoins des humains depuis des temps très anciens. Bien que la vie dans la forêt ne puisse pas ètre décrite comme facile, ces peuples ont construit leurs vies autour de la forêt les environnant et ses systèmes. Par conséquent, ils sont un grand entrepôt de connaissances sur la forêt. Ils connaissent les propriétés médicinales des plantes et comprennent la valeur de la forêt en tant qu’écosystème entier. Au fur et à mesure que la forêt tombe, ces peuples indigènes perdent leurs maisons et culture. Les conflits avec les colons, qui amènent aussi maladies et animaux domestiques, ont eu pour résultat le déclin de la population native de en de nombreux endroits.

Déforestation: Richesses en péril—Forêt tropicales menacées

Déforestation
Malgré la sensibilisation du public quant à l’importance de ces forêts, le taux de déforestation n’ont pas diminué.L’analyse des chiffres par la Food and Agriculture Organization of the United Nations (FAO) montre que les taux de déforestation tropicale ont augmenté de 8,5% de 2000 à 2005 lorsqu’on les compare avec ceux des années 90, tandis que la perte de forêt primaire a peut être augmenté de 25% sur la même période. Les taux de perte de forêt primaire au Nigéria et Vietnam ont doublé depuis les années 90, alors que celui du Pérou a triplé.

Les Forces Naturelles derrière la déforestation
Tout au long de leur existence, les forêts tropicales humides ont été affectées par des forces naturelles telles que le feru, la sécheresse, et les orages. Ces évènements se déroulent de manière aléatoire et peuvent endommager des portions entières de la forêt tropicale. Cependant, les dégâts causés par ces évènements naturels sont généralements différent que ceux causés par les activités humaines; en particulier en ce que la perte de forêt n’est pas complète et que certaines parties de l’écosystème continuent à fonctionner. Avec les morceaux restant de l’écosystème la forêt peut généralement se régénéré rapidement. En quelques années, la diversité de la forêt peut se reformer voir même excéder la diversité qui existait avant la perturbation. Certaines études ont suggéré que ces évènements périodiques sont un ingrédient important pour la diversité de la forêt. Les scientifiques pensent que sans ces évènements, certaines forêts ne peuvent atteindre leur état dynamique complet. Les recherches ont démontré que le taux de renouvellement de la forêt peut être de 65 à 135 ans seulement.

Menaces de déforestation par les Humains
De nos jours, la plus grande cause de la destruction de la forêt tropicale vient d’activités humaines, qui, contrairement les dégât naturels, sont constants et très entiers. Bien que la majorité de cette déforestation est poussée par les forces économiques nationales et internationales, la majorité n’a pas de but à long terme; et résulte d’activités de subsistance a un niveau local. Nombre des effets de destruction de la forêt tropicale causée par les humains sont probablement irréversibles de notre temps.

Activités de Subsistance
Au moins 60% de la déforestation tropicale est causée par des activités de subsistance à un niveau local par les gens qui utilisent simplement les ressources de la forêt tropicale pour leur survie. N’ayant ni l’argent ni les pouvoirs politiques leur permattant d’acquérir des droits sur les terres productives, ces colons de passage suivent et s’établissent le long des routes construites dans la forêt tropicale par les entreprise de développement ou d’extraction. Après avoir coupé les arbres pour en faire du bois de construction, ces gens emploient la technique de culture sur brûlis pour dégager la forêt environnante à des fins d’agriculture à court terme. D’abord, les fourrés de la couche inférieure sont dégagés et les arbres ne sont pas utilisé comme bois de construction. Ils laissent alors cette surface sécher pendant quelques mois pui est brûlée. Des plantes de culture telles que bananes, palmiers, manioc, maïs, ou riz sont alors plantés. Au bout d’un an ou deux, la productivité du sol décline, et les fermiers sédentaires dégagent davantage de forêt pour obtenir de nouvelles terres agricoles de court terme. Les champs anciens et maintenant stériles sont laissés à l’abandon ou parfois utilisés à petite échelle pour faire paître le bétail.

Menaces Humaines sur la foêt tropicale—Remodelage Economique
Ces dernières années la globalisation économique a apporté de profonds changments dans les pays à travers le monde. Globalement la tendance a été à la décentralisation des gouvernements et dans la réduction des rôles que jouent les gouvernements dans la vie de tous les jours dde leurs citoyens. Dans les pays en voie de développement, ce changement a mis une forte tension sur les ressources des forêts qui avaient pour coutume d’être traitées en tant que propriété d’Etat. Qu’elle soit déterminée par l’économie de marché ou dictée par une économie de commande, la gestion des terres de la forêt a été les responsabilité des services publics forestiers. Les sociétés d’exploitation de la forêt ont eu a faire a assez avec ces bureaucracies, qui assurent généralement un certain contrôle sur l’allocation des terres de ces forêts.

L’impact de la production pétrolière sur la forêt tropicale
L’extraction pétrolière est responsable de la déforestation, la dégradation, et de la destruction des terres autour du globe. Le processus d’extraction pétrolière a pour résultat le relâchement de produits toxiques dérivés du forage dans les rivières, tandis que les oléoducs cassés auront pour résultat des fuites d’huile continus. En plus, la construction de routes pour accéder aux sites éloignés ouvre des terres sauvages aux colons et développeurs.

L’abattage des arbres dans la forêt tropicale
L’abattage des arbres est l’une des méthode proéminente et la plus connue de dégradation de la forêt tropicale. Malgré des techniques d’abattage améliorées, une plus grand sensibilisation internationale, l’inquiétude pour les forêts tropicales, l’abattage non renouvelable des forêts tropicales continue—effectué en majorité par les organisations criminelles illégales.

Impact environnemental de l’exploitation minière dans la forêt tropicale
Or, cuivre, diamants, et autres pierres et métaux précieux sont des ressources importantes trouvées dans les forêts tropicales à travers le monde. L’extraction de ces ressources naturelles est souvent une activité destructrice qui endommage l’écosystème de la forêt tropicale et causes des problèmes aux personnes vivant aux alentours et en aval des opérations minières.

Feux dans la forêt tropicale
Les forêts tropicales sont de plus en plus susceptibles aux feux de forêts à cause de la dégradation dûe à l’abattage sélectif, la fragmentation, et les activités agricoles. les scientifques sont inquiets par le fait qu’autant de l’Amazonie encoure des risques d’incendies, et que dans le futur nous puissions voir des feux semblables à ceux qui ont endommagé l’Indonésie durant les dernières années d’El Niño.

Guerre
La guerre peut être soit une bénédiction déguisée, soit une malédiction pour la forêt tropicale, cela dépend des conditions entourant la guerre, et de la situatuion avant que la guerre ne commence

Impact de l’Agriculture dans la forêt tropicale
L’utilisation agricole de certaines parties de la forêt tropicale se révèle être un échec à cause de leurs sols acides et pauvres en nutriments. Malgré cela, de noumbreux projets agricoles commerciaux sont toujours menés sur les terres de la forêt tropicale, bien que nombre d’entre eux redeviennent des pâturages pour animaux ue fois que les sols sont épuisés. Certaines régions de plaines inondables, comme celles de la Basse Amazonie (várzea), sont plus adaptées à l’agriculture commerciale car les inondations annuelles re remplissent les réserves de nutriments.

Pâturages
La majorité des destructions « commerciales » du Bassin Amazonien dans les années 60 et au début des années 70 n’est pas due à l’exploitation minière ou du bois, mais aux propriétaires de bétails et spéculateurs terriens qui brûlèrent d’importantes étendues de forêt tropicale avant d’y planter des herbes Africaines pour en faire des pâturages. Au Brésil, les chiffres governmentaux attribuent 38% de la déforestation de 1966 à 1975 à l’élevage de bétail à grande échelle. L’élevage a été encore plus répandu dans certaines parties d’Amérique Centrale, le Costa Rica en premier, qui a l’un des plus mauvais taux de déforestation en Amérique Latine. Pendant les années 70 et 80, des portions de forêt tropicale furent brûlées et converties en pâturages afin de faire face à la demande en viande de boeuf des Etats-Unis.

Hydro, Pollution, Chasse
Les grands projets hydro-électriques, financés par les organismes d’aide et de développement internationaux tels que la Banque Mondiale, ont conduit a de considérables pertes de forêt. En plus d’inonder d’importantes étendues de forêt tropicale (les barrages en Amazonie sont en général inefficaces sur le plan écologique car de larges étendues de forêt sont inondées de du fait du manque de hauteurs dans le bassin) et de tuer la vie sauvage locale, les barrages détruisent les habitats aquatiques et affectent les populations de poissons, forcent les peuples indigènes a se déplacer, et envoient du carbone dans l’atmosphère (au fur et à mesure que pourrit le bois submergé).

Bois de consommation, Routes, Climat
Le FAO estime que 40% du monde (2,6 milliards de personnes) utilisent le bois ou le charbon comme source d’énergie première pour faire la cuisine et se chauffer. La consommation de bois a usage courant a augmenté de 250% depuis 1960 (la population mondiale n’a augmenté que de 90% sur la même période).

Dette
Dans les années 80, 90, et le début des années 2000, la dette poussait à la déforestation dans certains pays tropicaux en voie de développement. A cours d’argent, ces pays se sont tournés vers leurs ressources naturelles comme étant le meilleurs et plus rapide moyen de rembrouser leurs dettes et les intérêts. Disponibles directement sans investissement financier ni travailleurs qualifiés, souvent non-renouvelables, les produits de la forêt tels que les riches minéraux, le bois de construction, le pétrole et l’énergie hydroélectrique furent éliminés dans l’espoir de récupérer les fonds si nécessaires.

Population & Pauvreté
La force agissante suprême derrière le déboisement est le surpeuplement humain; à la fois la population des régions tempérées créant une demande pour les ressources dérivant des forêts tropicales humides, et la population croissant des pays tropicaux en voie de développement, qui exploite la forêt tropicale pour survivre. De nous jours il y a environ 6.510.000.000 (6,51 Milliards) de personnes dans le monde. Ce nombre croît de 145 personnes par minute, 208.000 par jour, et 76.000.000 par an. Malgré un baisse des taux de natalité, qui sont maintenant à leur niveau le plus bas jamais enregistré, le Bureau Améicain des projets de recensement prévoit que la population atteindra les 8 milliards en 2026 et s’attend a ce que la croissance se stabilise en atteignant les 9,1 milliards en 2050, à moins d’une épidémie quelconque ou d’un désastre environnemental catastrophique. Plus de 99% de cette croissance aura lieu dans les pays les moins développés actuellement.

Consommation
Une consommation mal éduquée des pays les plus riches contribue à la destruction de la forêt dans les pays tropicaux. Par exemple, dans les années 70 et 80 la demande Américaine pour de la viande de boeuf pas chère déclencha le déboisement de vaste étendues de forêt tropicale en Amérique Centrale et au Brésil. Une demande similaire pour certains produits de la forêt tels que des bois durs et des panneaux de particules pas chers pousse les sociétés à exploiter les réserves de la forêts. Chaque année, le Japon transforme des milliers d’acres de forêt tropicale humide en cadres de bois pour les blocs de ciment (jetés quand le ciment a séché) et en baguettes. La culture de cassava en Thaïlande pour la nourriture du bétail Européen a plus que décuplé de 1965 à la moitié des années 80, causant une important déforestation au Nord-Est de la Thaïlande.

Pourquoi les Forêts Tropicales sont elles importantes?

Conséquences Globales de la Déforestation sous les Tropiques
Les forêts tropicales continuent à rapetisser à travers le monde. Quelle différence cela fait il vraiment ? Pourquoi devrait on s’en faire si des plantes, animaux, champignons, et autres micro organismes périssent? Les forêts tropicales sont souvent chaudes et humides, difficiles d’accès, pleines d’insectes, et la vie sauvage y est insaisissable.

Impact local de la déforestation
C’est au niveau local que la déforestation a l’effet le plus immédiat. Avec la perte de forêt, la communauté locale perd le système qui a rendu des services de valeur mais souvent mal appréciés tels que d’assurer le flux régulier d’eau propre et de protéger la communauté des inondations et sécheresses. La forêt agit comme une sorte d’éponge, absorbant les eaux de pluie apportées par les orages tropicaux toute en ancrant les sols et relâchant de l’eau à des intervales réguliers. Cette caractéristique des forêts tropicales humides peut aider à modérer les cycles d’inondation et sécheresse destructeurs qui peuvent survenirent lorsque les forêts sont déboisées.

Erosion du sol
La perte d’arbres, qui ancrent le sol avec leur racines, cause une érosion répandue à travers les tropiques. Seules une minorités de zones ont de bons sols, qui après déboisement sont rapidement emportés par les pluies. Ainsi les récoltes déclinent et les gens doivent payer pour importer des engrais ou déboiser davantage de forêt. Le Costa Rica perd environ 860 millions de tonnes d’importante couche arable chaque année, tandis que la Grande Ile Rouge, Madagascar, perd tant de sol avec l’érosion (400 tonnes/ha) que ses rivières coulent rouge sang, tâchant l’Océan Idien qui l’entoure. Les Astronautes ont trouvé qu’on dirait que Madagascar se vide de son sang, une bonne description pour un pays ayant une importante dégradation environnementale et une économie agricole de plus en plus déclinante qui dépend de ses sols. Le taux d’augmentation de la perte de sol après le déboisement d’une forêt est étonnant; une étude menée en Côte d’Ivoire démontra que kes zones pentues perdaient 0,03 tonnes de sol par an et par hectare; les pentes cultivées perdent 90 tonnes par an et par hectare, tandis que les pentes nues perdent 138 tonnes par hectare.

Perte d’espèces, Extinction et Maladie
Un forêt fonctionnant bien a une grande capacité de régénération. La chasse exhaustive d’espèces de forêt tropicale humide peut réduire ces espèces nécessaires à la continuité et régération de la forêt. Par exemple, en centre Afrique, la perte d’espèces telles que les gorilles, chimpanzés, et éléphants réduit les possibilités de dispersion des graines et ralentit le rétablissement de la forêt endommagée. La perte d’habitat dans les Tropiques affecte aussi la régénération des espèces de milieu tempéré. Les oiseaux migrateurs d’Amérique du Nord, qui sont importants dans la dissménination d’espèces tempérées, déclina de 1 à 3% par an entre 1978 et1988.

Perte de ressources renouvelables, conflit de vie sauvage
La Déforestation peut potentiellement voler à un pays des revenus renouvelables en remplaçant des terres productives de valeur par des prairies et de la brousse inutiles. Les forêts tropicales fournissent d’importantes ressources renouvelables qui contribuent de mainière importante à la croissance économique de façon continue.

Rôle climatique des Forêts
Les forèts tropicales humides jouent un rôle vital dans le fonctionnement des systèmes naturels de la planète. Les forêts régulent le temps local et global au travers de leur absorption et création de pluies et leur échange de gaz athmosphériques. Par exemple, l’Amazonie seule crée 50 à 80% de ses propres pluies par sa transpiration. Couper les forêts tropicales change la réflectivité de la surface de la terre, ce qui affecte le temps global en changeant les mouvements des vents et des courants marins, et change la distribution des pluies. Si les forêts continuent à être détruites, les mouvements météorologiques pourraient devenir moins stables et plus extrêmes.

Rôle des Forêts pour l’atmosphère
Les forêts tropicales jouent un rôle important en enfermant le carbone de l’atmosphère dans leur végétation grâce à la photosynthèse. Le sol et la végétation des forêts du monde comtient environ 125% du dioxide de carbone trouvé dans l’atmosphère. Quand les forêts sont brûlées, abîmées, ou déboisées, on obtient l’effet inverse: de grandes quantités de carbone sont relâchés dans l’atmosphère sous forme de dioxide de carbone ainsi que d’autres gaz à effet de serre (oxide nitreux, méthane, et autrs oxyde d’azote). En brûlant, les forêts relâchent dans l’atmosphère environ 2 milliards de tonnes de dioxide de carbone par an, ou 22% des émissions anthropiques de dioxide de carbone.

Extinction
La perte la plus importante aux effets les plus durables découlant de la desctruction continue de la vie sauvage sera l’extinction massive d’espèces qui offrent à la Terre sa biodiversité. Bien que de nombreuses espèces se soient éteintes dans le passé, aucune ne s’est éteinte aussi rapidement ni n’a été le résultat des action d’une seule autre espèce. Letaux d’extinction actuel pourrait être de 1.000 à 10.000 fois la normale biologique, ou par expérience, le taux d’extinction est de 1 à 10 espèces par an.

Comment sauver la Forête Tropicale Humide

Comment sauver les forêts tropicales
Aujourd’hui les forêts tropicales disparaissent de la surface de la terre. Bien qu’elles soient un sujet de préoccupation international croissant, les forêts tropicales continuent a être détruites a une vitesse dépassant les 80.000 acres (32.000 hectares) par jour. La couverture de forêt tropicale mondiale se situe maintenant à environ 2,5 millions de miles carrés (6 millions de kilomètres carrés), une zone d’environ la taille des 48 Etats Unis contigus ou de l’Australie et représentant environ 5% de la surface terrestre du globe. La majorité de cette zone restant a été toouchée par des activités humaines et n’a pas complètement conservé sa biodiversité originale.

Sauver les forêts tropicales grâce au développement durable—Agriculture
En cherchant une « solution » à la déforestation des forêt tropicales humide—que ce soit par le biais d’échange-de dette-pour la nature, des réserves, un déboisement selectif, l’écotourisme, ou une autre stratégie—l’ultime destin de la forêt repose entre les mains des peuples locaux. Tandis que certains déclarent que les forêts tropicales peuvent être « sauvées » en restraignant la croissance économique, il est nécessaire de réaliser que les parcs et réserves ne résisteront pas, à moins que les communautés locales ne soient persuadées qu’elles ont un intérêt matériel à les protéger.

Sauver les forêts tropicales par le Développement Durable—Produits de la Forêt
Il y a de nombreux produits de la forêt qui peuvent être récoltés de manière renouvelable à petite échelle par les locaux. Bien que les fermiers pauvres doivent encore surmonter leur ignorance au sujet des produits de forêt durables et des difficultés de distribution, la récolte des produits de la forêt sans détruire cette dernière peut être plus rentable à long terme que d’autres alternatives: détruire la forêt tropicale et utiliser le terrain pour des cultures de subsistance pendant quelques années avant de déboiser une nouvelle zone ou vendre le bois (en supposant qu’il n’a pas été coupé récemment) à une entreeprise de bois. Plusieurs études supportent les théories économiques de l’utilisation de forêt durable.

Eco-Tourisme
L’écotourisme devient rapidement, pour les pays en voie de développement, le moyen principal de faire venir des devises étrangères en préservant leurs forêts tropicales. Les éco-touristes paient pour voir la beauté naturelle d’un pays, pas la destruction causée par l’exploitation à court terme. L’argent dépensé directement dans l’économie locale aide à donne une valeur économique à la préservation de la forêt. Les locaux, avec le gouvernement, peut voir l’importance de garder la forêt intacte. La plupart des touristes sont prêts à payer directement pour la préservation sous la forme des entrées de parcs et donations.

Produits de forêt de grande échelle
Environ 40% de la déforestation de la forêt tropicale est due à des intérêts commerciaux: l’abattage, le bétail, le développemennt agricole, minier, hydroélectrique, et d’autres industries. Aujourd’hui, ces industries dépendent principalement de l’exploitation unique de zones forestières et le déplacement sur de nouvelles zones après que ces ressources immédiates aient été épuisées. Ces industries sont souvent encouragées par des gouvernements appauvris à la recherche d’argent rapide et facile. Ces gouvernements voient la forêt comme un moyen de faire venir des devises étrangères afin de rembourser leurs dettes et améliorer leur économie à court terme—sans égard pour l’épuisement de ces importants atouts naturels. Ce faisant, ces gouvernements retardent peut-être une future croissance et appauvrissent davantage les générations futures.

Produits de Forêt Secondaire
Il existe un grand potentiel de développement des produits de forêt secondaire à une grande échelles pour contribuer au revenu local et national grâce au marché global. Certains produits de la forêt peuvent être domestiqués et cultivés sur une base étendue sur des terres anciennement boisées et très dégradées. Nombre de ces produits vont mieux avce l’environnement tropical et produisent un meilleur rendement économique à de moindre coûts fiscaux et environnementaux.

Médicaments
Les plantes peuvent être utilisées pour d’autres choses que l’alimentation et les réserves génétiques. De plus en plus, les plantes de forêt tropicale, et dans une moindre mesure les animaux de la forêt tropicale, sont la source de composants utiles dans la recherche médicale. La forêt tropicale fût appellée « l’ultime laboratoire chimique » du fait que chaque espèce de la forêt tropicale utilise de défenses chimique variées pour assurer leur survie dans le monde difficile de la selection naturelle. Ces espèces ont synthétisé ces composants pendant des millions d’années pour se protéger contre les prédateurs, les infections, les maladies et autres. Ceci fait des espèces des forêts tropicales un excellent réservoir de bases médicales et chimiques avec lesquelles les charcheurs peuvent créer de nouveaux médicaments.

Sauver la forêt tropicale avec les médicaments; pesticides naturels, dérivés des plantes
La forêt tropicale pourrait un jour offrir le remède pour le SIDA, le cancer du pancréas, Les infections staphylocoques résistantes aux antibiotiques, la fièvre lassa, ou la maladie d’Alzheimer, si on lui donne une chance de le faire. Malheureusement, comme la couverture de forêt primaire diminue de 1 à 2% chaque année, on prévoit que 20 à 25% des plantes du monde seront éteintes d’ici à 2015. Peut-être que dans une vallée Andéenne reculée, aujourd’hui programmée pour être détruite, vit une orchidée rare qui a développé un produit chimique anti-viral qui tue le HIV, stoppe le cancer, ou ralentit le vieilllissemnt. Par ailleurs, les shamans peuvant fournir une aide importante dans l’identification de ces plantes et leur utilisation disparaissent encore plus rapidement au fur et à mesure que leurs villages recherchent un mode de vie plus occidental. Ces shamans sont généralement des vieillards et quand il décèdent, leurs connaissances uniques de l’utilisation des plantes de la forêt tropicale meurent avec eux.

Déboisement durable dans la forêt tropicale—Vue d’ensemble
Dans la plupart des pays tropicaux les forêts appartiennent aux gouvernements et il est souvent interdit à d’autres groupes d’en posséder une partie. Le bois est souvent ramassé dans le cadre d’accords de concession accordés à des entreprises de déboisement privées qui, sans pouvoir avoir de droits légaux sur les terrains, sont réticentes à investir dans la gestion forestière. Ainsi, il n’est pas surpenant qu’une étude récente prouva que moins de 0,1% des forêts tropicales gérées de façon durable et moins d’1% de la zone utilisée pour l’abattage du bois est placée sous la moindre forme de gestion. Néanmoins, les pays tropicaux voient le bois comme une source de revenus majeure et continuent à accorder d’importantes concessions en deça de leur prix de marché. La foresterie est importante pour l’économie mondiale, contribuant à hauteur de 2% du PIB mondial (4% du PIB dans les pays en voie de développement) et représentent jusqu’à 3% du commerce international; elle est aussi vitale pour les économies locales de nombreux pays. Par exemple, l’abattage de bois tropical donne du travail à 100.000 personnes dans la province de Sarawak en Malaisie et génère annuellement 1,5 milliards de dollars en export. Cependant, la gestion des ressources des forêts tropicales est très peu subventionnée, ce qui cause de nombreux problèmes.

Déboisement durable dans les forêts tropicales— certification du bois, restrictions commerciales
Bien que jusqu’à 80% du bois tropical soit consommé sur leur propre territoire par les pays producteurs, la consommation de bois tropical par les U.S. et les autres pays industriels joue un rôle significatif dans la déforestation tropicale. Les U.S., avec moins de 5% de la population mondiale, consomme 17% de la production mondiale de bois et est le troisième plus gros importateur de bois tropical, déboursant annuellement plus de 800 millions de dollars annuellement pour 1 à 1,5 million de mètres cubes. Les meilleures actions a prendre afin de réduire les dommages causés par les activités d’abattage sont d’imposer de strictes restrictions, voir même bannir, l’importation de certains bois tropicaux; de développer des moyens plus durables d’extraire le bois de la forêt tropicale; de certifier le bois en fonction de ses origines et si il a été collecter de manière durable ou pas; et commencer à utiliser da’utres alternatives aux produits tropicaux boisés.

BO-nature

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Banner