Banner
Conservation

Déclaration de la Secrétaire exécutive Cristiana Paşca Palmer à la clôture de la quatorzième Conférence des Nations Unies sur la biodiversité 2018 Charm el-Cheikh, Égypte

Chers collègues,

Ce fut plus de deux semaines de travail stimulant et important. Il y a plus de deux semaines, nous avons commencé nos discussions.

En présence de ministres de toute l’Afrique au Sommet ministériel africain, puis au débat de haut niveau, avec la participation de ministres du monde entier, j’ai souligné ce que la science nous montre.

Malgré tous les succès extraordinaires que cette Convention a permis de remporter au cours de ses 25 années d’existence, les indicateurs de l’état de la biodiversité et la trajectoire actuelle continuent de montrer que nous ne parvenons pas à mettre fin à la crise de l’extinction.

J’ai également souligné que, même si cette communauté de la biodiversité est vaste et mondiale, nous devons encore faire participer un public plus large. À cet égard, nous devons passer du changement progressif très réel que nous avons créé à un modèle qui continue de favoriser les gains progressifs tout en visant fondamentalement le changement transformationnel.

Comme le montre cette réunion de la Conférence des Parties, nous avons déjà commencé ce voyage.

Le Sommet africain sur la biodiversité a approuvé un ambitieux programme d’action panafricain sur la restauration des écosystèmes pour une plus grande résilience.

Au niveau mondial, nous avons également attiré l’attention sur la restauration dans tous les coins du monde en lançant un appel pour une décennie sur la restauration des écosystèmes entre 2021 et 2030.

Lors du débat de haut niveau, les ministres se sont engagés à travailler à tous les niveaux au sein de leurs gouvernements et dans tous les secteurs pour intégrer la biodiversité. Ils se sont également engagés à accélérer les efforts pour mettre en œuvre le Plan stratégique pour la biodiversité 2011-2020 et atteindre les objectifs d’Aichi en matière de biodiversité au cours de ce dernier sprint de deux ans vers la ligne d’arrivée 2020.

Les engagements des ministres se sont également étendus au soutien à l’élaboration et à la mise en œuvre d’un cadre mondial pour la biodiversité après 2020, qui devrait être adopté à Pékin et pour lequel le processus préparatoire a commencé.

Mais nous savons tous que davantage d’engagement, de contributions et d’actions doivent être entreprises, accélérées et mises en œuvre tant par les Parties que par tous les intervenants.

Passer de la courbe de la perte de biodiversité à celle de la sauvegarde de la nature dans l’intérêt de tous les peuples et des générations futures exige que nous allions au-delà même de ces engagements forts.

Nous devons également continuer à mobiliser et à former des coalitions multisectorielles entre toutes les parties prenantes pour atteindre nos objectifs communs.

C’est pourquoi je suis si heureux que, lors du débat de haut niveau, le Gouvernement égyptien, le Gouvernement chinois et le Secrétariat de la Convention sur la diversité biologique aient annoncé le Programme d’action de Charm el-Cheikh à Beijing pour la nature et les populations.

Ce programme d’action vise à catalyser, collecter, coordonner et célébrer une vague d’actions de tous les secteurs et parties prenantes en faveur de la biodiversité et de sa myriade de voies pour résoudre les défis mondiaux, y compris vers le développement durable, la sécurité alimentaire, l’atténuation et l’adaptation climatique, la santé et le bien-être, la sécurité humaine.

Et nous voyons déjà les premières réponses à notre appel urgent à l’action.  Pas plus tard que cette semaine, nous avons reçu des réponses positives et des contributions initiales du sixième Sommet mondial des gouvernements locaux et internationaux sur la biodiversité et du Sommet nature et culture, parrainé conjointement avec l’UNESCO.

Et nous invitons d’autres parties prenantes à apporter leur contribution, et nous mènerons des activités de sensibilisation conformément aux décisions de la Conférence des Parties, afin de créer un mouvement mondial à l’horizon 2020 et au-delà.

Chers collègues, je sais que ces négociations ont été longues, mais vous avez pris des décisions importantes.

Les parties sont convenues d’accélérer les mesures visant à atteindre les objectifs d’Aichi en matière de biodiversité d’ici à 2020. La réalisation de ces objectifs aux niveaux mondial, régional, national et international permettra de jeter les bases dont nous avons besoin pour aller au-delà de 2020.

La décision des Parties sur le processus d’élaboration du cadre pour l’après-2020 témoigne également de leur engagement, de leur vision et de leur leadership. Les principes qui guideront cette démarche sont dignes de mention. Permettez-moi de les énumérer : Participative, inclusive, sensible au genre, transformatrice, globale, catalytique, visible, fondée sur le savoir, transparente, efficace, axée sur les résultats, itérative et flexible.

En outre, je suis heureux d’apprendre que plusieurs donateurs se sont déjà engagés à fournir des ressources à ce processus. Et j’invite les autres Parties à faire preuve d’un engagement similaire à l’égard de ce processus critique, y compris par des contributions financières dans la mesure de leurs moyens.

Chers collègues, nous savons tous que, même si nous nous dirigeons vers ces jalons, nous devons encore guider la mise en œuvre de la Convention dans ses autres dimensions importantes.

Plus de trois douzaines de décisions ont été prises au cours de ces deux semaines, ce qui montre que les Parties ont guidé le programme complet de la Convention.

Comme nous le savons tous, les progrès importants de la biotechnologie, de l’informatique et d’autres nouvelles technologies ont des conséquences sur nos relations avec le monde, ainsi que sur le partage équitable des avantages découlant de l’utilisation des ressources génétiques.

Par conséquent, les discussions que vous avez eues lors de cette conférence sur l’information sur les séquences numériques, la biologie synthétique et l’évaluation des risques représentent un engagement clé de la Convention.

Un autre fait nouveau important cette semaine concerne votre décision sur les aires protégées et d’autres mesures de conservation efficaces par zone, qui définissent d’autres mesures efficaces par zone et accueillent favorablement les orientations volontaires sur leur intégration dans les paysages terrestres et marins au sens large.

Chers collègues, comme vous le savez, pour intégrer notre travail dans les activités humaines qui ont un impact sur la biodiversité, nous avons besoin de la participation active de tous les secteurs et acteurs. Ceux qui ne sont pas dans la pièce avec nous doivent être invités à participer à la conversation.

Les forums parallèles qui ont eu lieu tout au long de la réunion sont des ponts critiques qui peuvent élargir la communauté travaillant à sauver la vie sur Terre.

Le Forum des entreprises et de la biodiversité a montré le grand intérêt du monde des affaires à travailler avec nous pour intégrer la biodiversité dans divers secteurs d’activité.

Au cours des deux prochaines années, nous devrons continuer à mobiliser le secteur privé à tous les niveaux, des grandes entreprises au grand nombre de petites et moyennes entreprises qui sont au cœur des vastes chaînes d’approvisionnement produisant des biens de consommation.

Le sixième Sommet mondial des gouvernements locaux et internationaux sur la biodiversité nous a montré que ce niveau de gouvernement, qui est le plus proche des citoyens de notre monde, est prêt à faire de l’application de la Convention une réalité. En outre, ils sont prêts non seulement à accélérer la mise en œuvre des objectifs d’Aichi, mais aussi à contribuer à l’agenda post-2020.

Le Sommet sur la nature et la culture nous a rappelé non seulement que les peuples autochtones et les communautés locales sont déjà un partenaire clé dans notre travail pour sauver la vie sur Terre, mais aussi que sauver la diversité culturelle va de pair avec sauver la biodiversité.

Il a également été noté que les jeunes représentent peut-être près de la moitié du monde aujourd’hui, mais qu’ils représentent 100 % de l’avenir.  Lors de cette conférence, j’ai également été témoin de l’énergie et de l’engagement des jeunes dans notre programme.  Ils doivent être un partenaire actif dans nos efforts pour construire cet avenir durable.

Chers collègues, nous clôturons maintenant cette conférence. Je tiens à remercier tous ceux d’entre vous qui y ont participé.

Je tiens à remercier à nouveau le Gouvernement égyptien hôte, le Ministre Fouad et ses collègues ministres, le Président El-Sisi, le Gouverneur Khaled Fouda, et je vous remercie tous pour votre leadership et votre incroyable hospitalité.

Et merci aussi au peuple de Sharm, du Sud-Sinaï et d’Égypte. Vous nous avez accueillis dans votre pays d’origine et vous resterez dans tant de nos cœurs et comme une source d’inspiration alors que nous travaillerons ensemble pour les deux prochaines années.

Merci également à toutes les délégations représentant 184 pays. Il s’agit d’une longue conférence avec beaucoup de temps loin des familles et des amis. Les anniversaires ont été célébrés ici avec des collègues, les fêtes ont été célébrées ensemble.

Je sais à quel point il est difficile pour vous tous d’être loin de chez vous depuis si longtemps, mais je sais aussi que le travail que vous faites est vital pour votre maison, pour votre patrie et pour l’avenir de notre maison commune ici sur la planète Terre.

Enfin, et ce n’est certainement pas le moins important, je tiens à remercier mon personnel : chacun des membres du Secrétariat, dont le travail acharné, jour après jour, a fait de cette réunion de la Conférence des Parties un succès. Je sais les longues heures que vous avez consacrées à cette conférence. J’ai vu la passion et je sais que vous faites si souvent votre travail en coulisse et en représentation de la fonction publique.

Et je veux que vous sachiez que je vous vois, que nos parties vous voient et que les générations futures – même si elles ne connaîtront peut-être jamais nos noms individuels – seront redevables du travail que vous avez fait, faites et ferez.

Je remercie donc chacun d’entre vous personnellement pour votre travail, pour votre passion et votre engagement, et pour le plus grand honneur que vous m’avez fait au cours de ma vie : la chance d’être votre collègue. Je vous remercie.

Je voudrais également saisir cette occasion pour exprimer ma profonde gratitude aux Gouvernements de l’Allemagne, de l’Australie, du Canada, de l’Égypte, de la Finlande, du Japon, de la Norvège, de la Nouvelle-Zélande, de la Nouvelle-Zélande, de la Suède, de la Suisse et de l’Union européenne, qui ont apporté un soutien financier généreux pour permettre aux participants des pays en développement et aux représentants des populations autochtones et locales de participer à cette conférence. Je les remercie de leur soutien actif et continu à la Convention.

Nous avons maintenant le temps de nous reposer, d’être avec nos familles et nos amis, de nous ressourcer.

Mais le travail continue bientôt. Très bientôt. Nous commençons notre voyage vers l’avenir après-demain. Avant la fin de cette année, nous rassemblerons les points de vue et les aspirations pour l’avenir de la biodiversité et nos actions pour la sauver. Au début de la nouvelle année, nous commencerons le voyage de Charm El-Cheikh à Pékin.

Permettez-moi de vous rappeler le proverbe africain que nous connaissons tous si bien : Si vous voulez aller vite, allez seul, mais si vous voulez aller loin, allez ensemble. Allons ensemble, vers 2050, vers un avenir de vie en harmonie avec la nature.

 

Merci à tous et bon voyage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Banner