Banner
Interview AEP

Mr David Richmond, Directeur Général de la Fondation Brazzaville

AEP : Quelle est l’importance du Fonds bleu dont le mémorandum a été signé aujourd’hui 9 mars 2017 ?

David Richmond : Je crois que c’est une initiative importante pour le bassin du Congo et pour toute la sous-région parce que je vois cette initiative comme un essor vraiment  transformatif pour la région. Grâce à elle, nous allons changer les bases économiques de la région car au lieu d’utiliser les ressources et exploiter les ressources forestières, nous allons  utiliser et exploiter les ressources en eau du fleuve Congo ainsi que tous ses affluents et toutes les autres ressources en eau de la région. La base du développement économique est un développement durable sous ces ressources en eau, et je pense que c’est une idée innovatrice qui peut vraiment transformer la situation économique inter-régionale.

Pourquoi la Fondation Brazzaville est-elle au centre du Fonds Bleu pour le bassin du Congo ?

Nous ne sommes pas seulement au centre mais nous sommes quand même un partenaire dans cette initiative. Les raisons pour lesquelles nous sommes impliqués dans cette affaire est que l’idée d’un fonds bleu vient de la Fondation Brazzaville car un de nos membres a conçu cette idée et ensuite nous en avons parlé avec le  gouvernement du Congo pour voir  s’il est prêt à mettre en œuvre cette initiative et il a accepté. Donc, le gouvernement congolais l’a présenté avec notre soutien à la COP22 à Marrakech en novembre dernier et maintenant nous avons les douze pays qui sont vraiment intéressés par cette initiative.

Quel bénéfice ce fonds bleu  apportera à la population riveraine?

Le concept du fonds bleu est vraiment essentiel pour les populations riveraines. Il y a beaucoup de projets importants qui existent pour protéger les forêts du bassin du Congo et empêcher non seulement le réchauffement climatique mais aussi promouvoir le développement économique car tous les habitants du bassin du Congo ont droit à une meilleure qualité de vie. L’idée de ce projet, c’est de donner une impulsion à un nouveau système économique basé sur les ressources en eau du fleuve Congo et ses affluents.

Qu’est-ce qui va nous garantir la continuité du projet lorsque nous savons que plusieurs associations et plusieurs fondations font face aujourd’hui au problème de levée de fonds surtout en ce qui concerne l’Afrique ?

Il y a beaucoup de choses à faire pour rendre cette initiative un vrai succès. Une des premières choses, est d’entrer en discussion avec les institutions internationales financières, avec les principaux bailleurs de fonds et avec les fonds comme le fonds vert pour le climat, afin de  chercher les ressources pour financer cet instrument financier. Mais, je pense qu’on va réussir parce que c’est d’abord une idée qui est à la base très intéressante, innovatrice et comme l’a souligné le ministre des affaires étrangères marocain, une conférence sera organisée au Maroc au mois d’octobre prochain où tous les pays signataires du mémorandum d’accord pour la création du Fonds bleu, toutes les institutions financières et les bailleurs de fonds se réuniront pour trouver ensemble les moyens de faire de ce fonds bleu un instrument financier réel et pratique.

Propos recueillis  par Mitterrand FOTSING

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Banner