Banner
Conservation

UICN: Deux éléphants bagués dans le Parc National de Sena Oura au Tchad pour leur suivi et la lutte contre le braconnage

La pression actuelle sur la population des éléphants dans les écosystèmes de savane d’Afrique Centrale est sans précédent. On se souvient du massacre de centaines d’éléphants dans le Parc National de Bouba Ndjidda en 2012 et des dizaines dans les années qui ont suivi au Tchad et au Cameroun par des braconniers lourdement armés. Le braconnage met en péril la survie des éléphants de savane et pourrait conduire à terme à leur disparition dans cette région de l’Afrique centrale. Face à cette situation et au regard d’autres défis tels que les conflits entre ces pachydermes et les populations locales, il est apparu impérieux de suivre ces populations d’éléphants avec des informations scientifiques fiables sur leurs mouvements dans l’espace et dans le temps, ainsi que sur leurs couloirs de migration à travers le baguage des spécimens.

article-1-bis

C’est ainsi qu’une opération de baguage de deux éléphants a été conduite en février 2016 dans le Parc National de Sena Oura au Tchad. Cette opération a consisté à placer un collier autour du cou de chaque éléphant par une combinaison d’approches terrestre et aérienne. Les donnés collectées faciliteront l’identification des couloirs de migration de ces pachydermes afin de mieux les protéger dans leur espace biologique. De plus, l’opération menée renforcera la surveillance de l’aire protégée et la lutte contre le braconnage des éléphants. Les colliers posés émettent des signaux qui vont être captés par des satellites. A la suite de l’analyse des informations satellitaires, l’on peut suivre le mouvement des éléphants.

Le suivi des populations d’éléphants avec des informations fiables sur leurs mouvements dans l’espace et dans le temps, ainsi leurs trajectoires de migration permettent de développer des stratégies de la conservation de l’espèce. Des données enregistrées des déplacements des éléphants bagués ont permis de savoir qu’un groupe d’éléphants a passé une partie du mois d’août 2015 au Parc National de Bouba Ndjidda au Cameroun et un autre a séjourné à Sena Oura au Tchad en mi-septembre 2015. La figure ci-dessous représente leur déplacement du 1er juillet au 25 septembre 2016.

article-int

Cette opération n’est que le début d’un processus qui fait appel à un suivi permanent et méticuleux afin de pouvoir récolter des données qualitatives et quantitatives sur les déplacements de nos éléphants pour leur conservation effective. La même opération est envisagée au Cameroun dans le Parc National de Bouba Ndjidda dans un proche avenir. Cela renforcera la collaboration transfrontalière des services de conservation des deux parcs nationaux pour combattre le grand braconnage récurrent dans la zone.

L’initiative de baguage des éléphants entre dans le cadre des initiatives de lutte contre la criminalité faunique de l’UICN et de ses partenaires, et surtout de la mise en œuvre de l’Accord de collaboration transfrontalière signée entre le Tchad et le Cameroun pour la gestion du complexe des aires protégées transfrontalières de Bouba Ndjidda (Cameroun) et Sena Oura (Tchad). Cette action est le fruit d’une collaboration efficace entre l’UICN, African Parks Networks (APN), le Gouvernement de la République du Tchad, la Coordination de la Stratégie Éléphant du Tchad, le Zoo de Caroline du Nord et les autres acteurs de ce site. Cette opération n’aurait pu se faire sans la collaboration appréciée et l’appui financier, technique et institutionnel apporté par la Communauté Economique des Etats d’Afrique Centrale (CEEAC), la Commission pour les Forêts d’Afrique Centrale (COMIFAC), la Banque Africaine de Développement (BAD) et le Fonds Mondial pour la Nature (WWF), que nous saluons vivement.

kyeblouabe.zahiiky@iucn.org et remi.jiagho@iucn.org

Winnie KITIO T.
Chargée de la Communication
UICN-PACO Programme Cameroun

uicn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Banner