Banner
Non classé

Forum mondial de l’eau : Denis Sassou N’Guesso plaide en faveur d’un ordre économique mondial qui contribuera au bien-être des peuples et au développement…

Les Présidents Denis Sassou N’Guesso et Macky Sall

Au regard des progrès enregistrés dans son pays dans l’accès de la population à l’eau potable, « des défis restent encore à relever, principalement, dans la gestion des eaux usées et pluviales, et celle des déchets solides à ainsi s’exprime Denis Sassou N’Guesso à la tribune du 9ème forum de l’eau qui s’est ouvert à Dakar (Sénégal), le lundi, 21 mars dernier.  

Ce forum, le premier du genre en Afrique subsaharienne est caractérisé par la présence de nombreuses personnalités dont les décideurs africains. La communauté mondiale de l’eau et de l’assainissement réfléchit à Dakar depuis ce matin, autour du thème suivant : « la sécurité de l’eau pour la paix et le développement durable ». Au cours de cette première journée, il a été enregistré plusieurs allocutions après le discours d’ouverture du président Macky Sall. Parmi les intervenants, il y a le chef de l’Etat congolais, Denis Sassou-N’Guesso qui a saisi l’occasion pour faire la promotion du fonds bleu pour le bassin du Congo, un projet qu’il a lancé en 2016 et qui, a-t-il lancé, mérite l’appui de la communauté internationale. « Lancé en 2016, le Fonds Bleu pour le Bassin du Congo mérite le soutien et l’appui de la communauté internationale », a déclaré Denis Sassou-N‘Guesso qui a justifié cette demande par le fait que ce projet « a mis l’eau et l’économie bleue au centre de ses préoccupations, engagements et initiatives ». 

Le manque d’eau est un sérieux problème. Et le président congolais fait le néfaste constat sur la pénurie d’eau : « Au fil des jours, nous faisons le même constat : la pénurie mondiale d’eau s’aggrave. Pour plus de 2,5 milliards de personnes, l’accès à l’eau potable reste un combat quotidien et les experts prévoient que 65% de la population du continent africain sera affectée par le stress hydrique », a-t-il poursuiviIl a souligné que le Bassin du Congo regorge d’immenses réserves hydrographiques, avant d’inviter les participants au forum de Dakar de contribuer à la protection du bassin du Congo au profit de l’humanité.

En termes de potentialités hydroélectriques, a affirmé Denis Sassou-N’Guesso, le Congo possède 27 000 Mégawatts pouvant couvrir les besoins en électricité au-delà de ses frontières. Pour cela, il a souligné la nécessité de renforcer la coopération en matière d’infrastructures polyvalentes pour son exploitation. Le Chef de l’Etat congolais a rappelé que « les ressources hydrauliques estimées sont estimées dans son pays à 1 580 milliards de mètres cubes d’eau d’écoulement annuel, soit une disponibilité de 295 mille mètres cubes d’eau par habitant ». Poursuivant son allocution, le chef de l’Etat congolais a révélé qu’au « cours des deux dernières décennies, le taux moyen d’accès à l’eau potable est ainsi passé de moins de 25% à 54,50% ».

Toutefois, Denis Sassou-N’Guesso soutient que malgré « ces progrès, des défis restent encore à relever, principalement, la gestion des eaux usées et pluviales, et celle des déchets solides ». C’est ainsi que dans le but de préserver le fleuve Congo de la pollution par les eaux usées, un projet pilote d’assainissement impliquant les deux Congo et consistant à construire des stations d’épuration dans les deux capitales, Kinshasa et Brazzaville, est en cours de réalisation.

Il a souhaité, au terme de son allocution, que le présent Forum donne la pleine mesure de cet engagement collectif pour un ordre économique mondial qui contribuera au bien-être de nos peuples et au développement de nos pays respectifs, tout en préservant l’environnement.

Wilfrid Lawilla D.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Banner