Banner
Santé

Nouveau développement dans la lutte contre le paludisme

« Au début, ce projet a commencé comme un jeu, nous étions juste des amis qui se réunissaient pour faire quelque chose d’excitant », dit Brian Gitta, 26 ans.

« Mais après environ une année, j’ai dit, hé les gars, on s’amuse, mais je pense qu’on peut changer des vies avec ce qu’on fait. »

Brian s’adresse à la BBC quelques semaines avant de recevoir le Prix de l’Afrique pour l’Innovation de l’Académie Royale d’Ingénierie pour son appareil de dépistage du paludisme.

Il y a quatre ans, Brian et ses camarades de l’Université Makerere ont mis au point cet appareil peu coûteux et réutilisable appelé Matibabu qui dépiste rapidement le paludisme sans faire de prise de sang.

Bien qu’encore au stade de prototype, les juges de l’organisation ont qualifié son appareil de dépistage du paludisme de « simple changeur de donne » dans la lutte contre cette maladie mortelle.

Aimants et matiscope

‘Matibabu’ qui signifie « traitement » en Swahili, utilise des aimants et un appareil portable sur mesure appelé matiscope.

L’appareil projette une lumière infrarouge sur le doigt de l’utilisateur, détectant une substance appelée cristaux d’hémozoïne, les sous-produits du parasite du paludisme.

Les fabricants croient que Matibabu pourrait faire évoluer la situation en avançant les délais d’analyse puisqu’une prise de sang n’est pas nécessaire et qu’il n’utilise pas de seringues auxquelles les enfants, en particulier, résistent.

L’année dernière, 9,5 millions de personnes en Ouganda ont souffert du paludisme, 5 100 sont décédées, des enfants pour la plupart.

« Mon enfant a soudainement souffert de convulsions et a refusé de manger, il jouait allègrement et s’était rendu à l’école, et il est tombé malade le lendemain « , raconte Achan Nighty, assise sur un lit à côté de son fils de six ans à l’hôpital Kitgum, dans le nord de l’Ouganda.

« Nous vivons très loin de la clinique dans une petite ferme. Je dois m’occuper de mes trois autres petits enfants et je n’ai pas d’argent, alors il m’a fallu trois jours pour venir ici. Je prie pour qu’il ne soit pas trop tard « , dit-elle.

Brian a eu cette idée pour la première fois lorsqu’il a souffert d’une grave crise de paludisme, associée à la typhoïde.

Pendant son séjour à l’hôpital, il a imaginé un appareil de diagnostic mobile, rapide et sans douleur, sans aiguilles ni piqûres.

Il a alors fait équipe avec des diplômés possédant des compétences en ingénierie, en informatique et en maladies infectieuses.

Le dernier modèle Matibabu de cinquième génération n’a besoin que de deux minutes pour dépister le paludisme, contre 30 minutes ou plus à l’aide d’un microscope.

L’autre méthode de dépistage actuellement acceptée, les tests de diagnostic rapide, prend jusqu’à 15 minutes et nécessite une prise de sang, mais ne peut pas indiquer le nombre de parasites ; ce qui pourrait conduire à une sur-médication.

Comme le Matibabu ne nécessite pas de prélèvement sanguin, il n’a pas besoin d’être opéré par un spécialiste et peut donc être utilisé par les communautés elles-mêmes.

Manque de ressources

De plus, Matibabu est connecté à un smartphone, ce qui signifie qu’il peut collecter des données et alerter les équipes de santé en cas d’épidémies.

« Beaucoup de gens vivent dans des communautés rurales isolées où les routes sont mauvaises, alors ils ont du mal à accéder à un service de santé », a déclaré le Dr. Geoffrey Akena, directeur de l’hôpital de Kitgum.

Quelque 1,5 million de cas graves de paludisme dégénère en complications sévères chaque année en Ouganda, selon le ministère de la Santé, ce qui signifie que cette maladie a été dépistée trop tard. Le paludisme peut être guéri beaucoup plus rapidement et plus efficacement s’il est traité dans les premières 24 heures.

Matibabu aiderait à combler cette lacune et à faire en sorte que les médicaments, qui sont facilement disponibles, parviennent rapidement à ceux qui en ont besoin.

Changer la donne ?

Cependant tout n’est pas clair. L’appareil Matibabu dans sa version actuelle dépiste environ 80 % des cas de paludisme, loin des 99 % requis par la norme internationale. Et Brian en est conscient.

« Notre appareil est plus volumineux que les modèles précédents, il est connecté à un ordinateur, et vous ne pouvez pas insérer votre doigt puisque la lumière reflète sur un échantillon de sang. Mais nous nous concentrons pour le moment sur les prochains tests cliniques en laboratoire avec 300 patients et pour perfectionner la machine, nous améliorerons le design plus tard. ».

Brian parle tout en tenant son appareil de la taille d’une valisette, debout devant une clinique dans la banlieue de Kampala, l’une des nombreuses visites qu’il effectue pour expliquer aux médecins le mode de fonctionnement de sa machine.

Malgré les défis, Brian reste confiant que Matibabu fonctionnera et cherche à obtenir 600 000 $ pour qu’ils puissent commercialiser le produit au cours des deux prochaines années, avec la possibilité de l’utiliser à l’avenir pour diagnostiquer d’autres maladies comme l’anémie.

 

Source : BBC Afrique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Banner