Banner
Environnement

Les solutions innovantes en tête de l’ordre du jour de la conférence ministérielle africaine sur l’environnement

Nairobi, le 17 septembre 2018 – La nécessité d’investir dans des solutions et des interventions novatrices et de promouvoir la consommation et la production durables sera en tête de l’ordre du jour de la septième session extraordinaire de la Conférence ministérielle africaine sur l’environnement (CMAE), qui se tiendra du 17 au 19 septembre à Nairobi.

Sous le thème : « Traduire les politiques environnementales en actions grâce à des solutions innovantes « , les ministres débattront des messages clés pour le prochain Sommet ministériel africain sur la biodiversité qui se tiendra en Égypte en novembre de cette année, avant la Conférence des Nations Unies sur la biodiversité de 2018.

Le continent africain détient 30 % des réserves minérales mondiales, environ 65 % de ses terres arables et 10 % de ses sources d’énergie renouvelables internes. Ses pêcheries sont estimées à 24 milliards de dollars et le continent abrite la deuxième plus grande forêt tropicale du monde. Des politiques environnementales ciblées peuvent apporter des solutions au développement socio-économique durable et à la réduction de la pauvreté dans toute l’Afrique.

Lors de la conférence, les ministres examineront en particulier les moyens de renforcer la volonté politique de relever les défis de la dégradation de l’environnement et d’accroître les investissements dans des solutions novatrices afin de tirer le meilleur parti possible des abondantes ressources naturelles du continent.

La dégradation des écosystèmes coûte à l’Afrique 68 milliards de dollars par an et entraîne des pertes pouvant aller jusqu’à 6,6 millions de tonnes de récolte potentielle de céréales, capables de satisfaire les besoins calorifiques de 31 millions de personnes.  En outre, les pertes après récolte sont estimées à 48 milliards USD par an.

Juliette BIAO KOUDENOUKPO, Directrice régionale des Nations Unies pour l’Environnement en Afrique

« L’Afrique devrait se concentrer sur un changement de paradigme par le biais d’actions innovantes pratiques afin que nous puissions en bénéficier au maximum « , a déclaré Juliette BIAO KOUDENOUKPO, Directrice régionale des Nations Unies pour l’environnement en Afrique,  » Nous avons fait des progrès grâce à AMCEN en prenant des orientations de réforme politique pour promouvoir et renforcer des actions innovantes et écologiquement rationnelles qui peuvent garantir une utilisation durable du capital naturel africain.

Parmi les autres questions clés qui seront examinées figure la préparation de l’Afrique à la 24e Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques qui se tiendra du 3 au 14 décembre 2018 à Katowice (Pologne).

La conférence se tient à la suite de la première réunion de la Plate-forme du Partenariat pour l’environnement en Afrique, qui se tiendra les 20 et 21 septembre. L’objectif de la Plate-forme du Partenariat pour l’environnement en Afrique est de promouvoir la gestion durable de l’environnement en Afrique par le renforcement des partenariats, la coordination et l’harmonisation des activités.

Des représentants du Nouveau Partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD), des communautés économiques sous régionales, de la Banque africaine de développement, des organisations de la société civile, des organismes des Nations Unies et d’autres partenaires bilatéraux et multilatéraux participeront également à cette session extraordinaire.

La conférence devrait adopter une déclaration, un ensemble de décisions et de messages clés, et les résultats de la septième session extraordinaire de la CMAE alimenteront la quatrième session de l’Assemblée des Nations Unies pour l’environnement qui se tiendra en mars 2019 au siège des Nations Unies à Nairobi, au Kenya.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Banner