Banner
Environnement

Bassin du Congo : De nouveaux partenariats pour l’Afrique placent l’équité climatique, la résilience et la nature au sommet du programme d’action climatique de la COP

Lancement de la Coalition pour la finance verte en Afrique pour attirer le capital vert via la réforme des politiques pendant au moment que les délégués se réunissent à Glasgow pour la Cop26.

Les dirigeants de l’économie réelle rejoignent les chefs d’État sur scène au centre SEC de la ville pour lancer de nouveaux partenariats qui catalysent les solutions financières et climatiques en Afrique et dans les petits États insulaires en développement, et aider un demi-milliard d’agriculteurs à mettre en œuvre des pratiques agricoles régénératives cette décennie.

Le groupe de nouveaux partenariats public-privé – qui réunit des capitaines de l’industrie, de la finance et de la philanthropie avec des voix de premier plan de la société civile, telles que Xiye Bastida et Selina Leem – s’attaque aux vulnérabilités climatiques aiguës auxquelles les pays sont confrontés tout en accélérant les taux de décarbonisation et de renforcement de la résilience. La mobilisation de l’action et l’intensification des financements pour ces zones géographiques sont essentielles pour faire avancer le programme d’action climatique.

Ce programme d’action climatique sera au centre de la COP26 et est dirigé par les deux champions du climat de haut niveau des Nations Unies – Nigel Topping et Gonzalo Muñoz – pour conduire des percées dans les régions et les secteurs afin de limiter la hausse de la température mondiale à 1,5 degré Celsius et renforcer la résilience de 4 milliards de personnes aux impacts du changement climatique.

En plus des nouveaux partenariats, les Champions annoncent également les derniers membres de leur campagne Race to Zero, qui compte désormais 5 235 entreprises, 67 régions, 441 institutions financières, 1 039 établissements d’enseignement et 52 établissements de santé – tous engagés à apporter leur juste part de réduire de moitié les émissions mondiales d’ici 2030. Il convient de noter en particulier que le maire Eric Garcetti (président du C40) rapporte que 1 049 villes ont rejoint la campagne dans le cadre de « Cities Race to Zero ».

« C’est la décennie décisive – la décennie pour tenir la promesse de Paris et la perspective d’un avenir meilleur, plus sûr, plus juste et plus sain pour tous. », a déclaré Gonzalo Muñoz

Quant à Nigel Topping, il déclare : « Pour maintenir 1,5 degré en vie, nous devons réduire les émissions mondiales cinq fois plus vite que nous ne l’avons fait au cours de la dernière décennie, ce qui nécessite une action transformatrice qui renforce simultanément la résilience et place les communautés les plus vulnérables au cœur de la conversation. »

A noter que le premier partenariat annoncé est l’Africa Green Finance Coalition (AGFC) – une collaboration à l’échelle du continent – pour stimuler les milliards d’investissements verts nécessaires pour transformer l’économie africaine en accélérant la politique de finance verte et la réforme réglementaire pour attirer des capitaux privés à grande échelle, à la fois d’investisseurs internationaux et nationaux.

Vu de l’assistance au stand de la COMIFAC

Selon Ayaan Zainab Adam, PDG d’Africa Capital Partners, : « L’Afrique a un déficit d’investissement de 2,3 billions de dollars dans son infrastructure de base qui doit être comblé. L’Africa Green Finance Coalition devrait aider à obtenir des capitaux indispensables pour les infrastructures résilientes au climat et à faible émission de carbone dans des secteurs stratégiques tels que l’énergie, les transports, l’agriculture logistique et l’exploitation minière et la fabrication durables et à faible émission de carbone. Cette initiative facilitera utilement les transactions d’investissement dans plusieurs pays nécessitant des structures de financement mixtes. »

Au nombre des partenaires présentés aux dirigeants mondiaux figure Regen10, une nouvelle plate-forme audacieuse pour réaliser des systèmes alimentaires régénératifs cette décennie à travers 50% de la production alimentaire mondiale. Regen10 travaillera avec plus de 500 millions d’agriculteurs pour appliquer des méthodes de production régénératives, tout en veillant simultanément à ce qu’environ 60 milliards de dollars par an soient déployés pour financer la transition vers la perte de nature inversée conformément à l’Accord de Paris.

 

Wilfrid LAWILLA D.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Banner