Banner
Environnement

Denis Sassou N’Guesso à la Cop26 : la détermination de la République du Congo à préserver le bassin du Congo est totale.

Denis Sassou-N’Guesso à la tribune de la Cop26

Lors de l’ouverture des assises de la COP26, le 1er novembre 2021, à Glasgow, en Ecosse, le chef de l’Etat congolais a dénoncé la sourd-oreille de la communauté internationale qui a, depuis Rio+20, pris des engagements en faveur du financement de la lutte contre le dérèglement climatique, mais ne les a jamais réalisés. 

Président de la Commission Climat du Bassin du Congo, Denis Sassou-N’Guesso n’a pas hésité à fustiger l’attitude des pays industrialisés qui peinent à mettre en application l’article 6 de l’accord de Paris qui engage notamment les pays riches à soutenir les efforts d’atténuation et surtout d’adaptation des pays en développement.

A la tribune de la Cop26, plusieurs chefs d’Etat ont défilé pour dégager des pistes de solutions pouvant enclencher un avenir durable et un niveau de vie convenable pour la planète toute entière. Le congolais Denis Sassou N’Guesso a affirmé que son pays a rehaussé ses ambitions en prenant en compte l’ensemble des secteurs d’émissions des gaz à effets de serre. Le Congo, a-t-il déclaré, fait figure d’élève modèle au palmarès de l’écologie mondiale, avant réaffirmé l’engagement de son pays et de ses voisins du bassin du Congo quant à leur volonté de préserver leur espace de vie.

« Je ne cesse de le répéter sur toutes les tribunes, depuis le Sommet de Rio en 2012, la détermination des pays du Bassin du Congo en général, et celle de la République du Congo en particulier à préserver ce vaste ensemble est totale… », a martelé Denis Sassou-N’Guesso.

Saisissant l’occasion, le président de la République du Congo a réitéré son plaidoyer en faveur du financement du fonds bleu pour le Bassin du Congo. Une initiative commune des pays membres de la Commission Climat du Bassin du Congo, auxquels s’est joint le Royaume du Maroc, et qui n’attend plus qu’à être abondé avec l’engagement de tous les partenaires, a-t-il expliqué.

La déforestation est un facteur clé du changement climatique. A Glasgow, les dirigeants du monde et des milliers de partenaires venus du secteur privé, des ONG et d’autres groupes participent à la conférence, afin de contribuer à la protection de l’environnement, sur une planète de plus en plus peuplée et menacée.

Dans son allocution, Denis Sassou-N’Guesso a brossé la situation du Bassin du Congo, qu’il a présenté comme premier capteur de carbone net de la planète à l’heure de la déforestation de l’Amazonie et séquestrant 31 milliards de tonnes de carbone qui, a-t-il précisé, attire peu d’attention de la part de la communauté internationale. C’est pourquoi, il a invité l’ensemble des pays du monde à emboîter les pas au Congo qui a su prendre ses responsabilités dans la protection et la conservation du Bassin du Congo pour le bien de l’humanité.

Wilfrid Lawilla D.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Banner