Banner
Conservation

Bassin du Congo : mobilisation des bailleurs de fonds en faveur d’investissements verts

Les principaux donateurs avec à leur tête l’Allemagne et les États-Unis se sont réunis récemment en visioconférence, en vue d’harmoniser leurs points de vue sur les financements et les activités de conservation retenues dans l’agenda 2020-2021. Plus de 630 projets ont déjà été recensés pour un volume financier de 6 milliards d’euros.

La facilitation du Partenariat pour les forêts du Bassin du Congo (PFBC), la grande plate-forme de gestion des écosystèmes forestiers de la sous-région, est assurée par la Fédération d’Allemagne pour la période 2020-2021.

La première réunion du collège des bailleurs du PFBC, sous la facilitation allemande, a été présidée par les États-Unis en leur qualité de leader du collège des donateurs. Celle-ci a réuni vingt-six participants représentant la quasi-totalité des membres de ce collège.

Au cours de leurs échanges, les participants ont procédé à la cartographie des bailleurs de fonds et mis en œuvre un processus permettant une meilleure compréhension des activités en cours pour l’efficacité des interventions, la division du travail, la coordination et les synergies.

À cet effet, un appel a été lancé à chaque représentant de désigner un point focal auprès du trésor américain qui faciliterait la collecte de données pour encodage dans la plateforme.

En effet, la mobilisation des donateurs pour la conservation des réserves naturelles du Bassin du Congo intervient dans un contexte de crise sanitaire liée à la pandémie du coronavirus marqué par la rareté des ressources financières. La plate-forme PFBC reçoit de plus en plus de demandes de partenaires pour soutenir le système des aires protégées en Afrique centrale en raison de l’impact de Covid-19.

« Une action conjointe est nécessaire pour éviter l’effondrement des parcs, avec des conséquences potentiellement irréversibles sur les communautés et la faune », souligne le collège des bailleurs de fonds, ajoutant que la facilitation allemande est en train de discuter d’un fonds d’urgence pour amortir les impacts de Covid-19 sur les zones protégées.

Les participants ont, en outre, décidé de poursuivre le dialogue avec la Chine pour l’impliquer davantage dans le processus de gestion durable des ressources forestières. Ils se sont engagés à influencer le dialogue au plus haut niveau politique et surtout pendant les grandes rencontres internationales prévues cette année. Un axe du lobby politique va se concentrer sur la durabilité et un autre axe planchera sur le cadre de financement. Un appel a même été lancé pour une réunion des bailleurs exclusivement dédiée au dialogue avec la Chine.

Enfin, les partenaires au développement entendent travailler en étroite collaboration avec les organisations sous-régionales telles que la Communauté économique des États de l’Afrique centrale et la Commission des forêts  d’Afrique centrale. La prochaine étape consistera à clarifier les rôles de ces entités communautaires dans la mise en œuvre des programmes de protection et de conservation des écosystèmes forestiers.

Fiacre Kombo

Légendes et crédits photo :

Le massif forestier du Bassin du Congo/DR
http://www.adiac-congo.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Banner