Banner
Forêt

CAMEROUN : le projet de palmeraie « Camvert » offre des garanties environnementales

Rejeté par les populations riveraines, « Camvert », le projet de la plus grande palmeraie d’Afrique centrale, prévue au sud du Cameroun, apporte des garanties environnementales et sociales. Sur les 60 000 hectares qui seront occupés par le projet, 10 000 seront ainsi consacrés à la conservation de la biodiversité. Sans convaincre localement.

« Camvert » est en train de prendre corps dans les communes de Campo et de Niété, dans la région du sud du Cameroun. Pour le compte de cette année, 250 000 plants de palmier à huile seront enfouis sous près de 1500 hectares de terre, pour une production qui devrait débuter en 2024. Toutefois, le projet de la plus grande palmeraie d’Afrique centrale tient à rassurer ses riverains sur la préservation de leurs droits sociaux et de leur environnement. « Camvert a engagé une étude d’impact environnemental à l’issue de laquelle un certificat de conformité environnementale  lui a été délivré», a déclaré Mahmoud Mourtada, le directeur de Camvert Sarl.

Pour un coût total d’investissement estimé à 237 milliards de francs CFA (soit près de 361 millions d’euros), le projet s’étend sur une surface de 60 000 hectares (ha) de forêt, dont 56 000 ha dans l’arrondissement de Campo et 4 000 ha dans celui de Nyété. Selon les promoteurs, l’exploitation reposera sur 50 000 ha de terre, tandis que 10 000 ha seront conservés pour la biodiversité. Les communautés riveraines vont se voir également réserver 5000 ha pour leur propre usage, Camvert s’engage à les accompagner dans la mise sur pied des plantations communautaires et à racheter leur production. L’entreprise s’engage par ailleurs à protéger des impacts de ses activités la faune du parc national de Campo Ma’an, avec qui elle partage une frontière d’environ 50 kilomètres.

Les craintes exprimées par les riveraines du projet « Camvert »

Le projet « Camvert », malgré ses garanties sociales telles que la construction d’écoles et de centres de santé, ainsi que la création de 8000 emplois directs et près de 10 000 emplois indirects, a été rejeté par les populations de Campo et de Nyété. Elles avaient exprimé leurs inquiétudes lors d’une réunion convoquée le 12 septembre 2019 à Nyété par le sous-préfet d’arrondissement.

« Si le projet a l’accord du gouvernement, c’est qu’il est important en termes de création d’emplois », a rassuré le sous-préfet, sans toutefois convaincre les chefs traditionnels de Nyété. « Le même langage nous avait été tenu lorsque s’installaient il y a quarante ans de celà, la société de production d’hévéa (Hevecam) et celle de production du palmier à huile (Socapalm) (deux filiales locales du géant belge Socfin, qui possède six concessions d’huile de palme dans le pays, ndlr). Mais, nous sommes restés pauvres et je dois même dire que nous nous appauvrissons davantage », regrette Sa Majesté Ebande Charles, le chef du village Adjap, dans l’arrondissement de Nyété.

Les organisations de la société civile qui s’occupent de l’environnement et de la préservation des espèces sauvages, au rang desquelles on compte, Environment Gouvernance Issue (EGI), basée au sud-ouest du Cameroun, ont rappelé que des grands mammifères tels que des éléphants, des buffles, des grands singes vivaient sur le territoire de 60 000 hectares de terres que le projet Camvert entend annexer. Un espace qui abrite également une flore riche et qui compte des espèces semi-aquatiques rares.

Boris Ngounou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Banner