Banner
Conservation

L’U.E octroie 5,7 milliards de FCFA à la République du CONGO pour faire face aux menaces sur la biodiversité et sur les aires protégées.

C’est ce jeudi 25 mars 2021 que s’est tenue à Brazzaville, la deuxième session du comité de suivi national de la République du Congo (CDSN) dans le cadre du programme d’appui pour la préservation de la biodiversité et les écosystèmes fragiles d’Afrique Centrale sixième phase (ECOFAC 6). Un projet subventionné principalement par l’Union Européenne.

Cette conférence qui a connu la participation de l’ambassadeur de l’Union Européenne, du représentant de la CEEAC, du représentant du FED et de bien d’autres experts des questions environnementales, a eu pour objectif de passer en revue l’état de mise en œuvre des recommandations et conclusions de la première session tenue le 2 décembre 2019, apprécier les nouvelles réalisations et formuler à nouveau des recommandations à l’endroit du comité de pilotage régional.

En effet, ECOFAC 6 vise la coordination des activités sectorielles au niveau des territoires et des paysages régionaux ciblés, le renforcement et l’amélioration des écosystèmes de conservation et l’association des populations aux actions de conservation.

La République du Congo bénéficie donc 5,7 milliards de FCFA jusqu’en octobre 2023 de la part de l’UE afin de remédier les problèmes liés à la protection de la biodiversité et aux douze aires protégées.

Prenant la parole au cours de cette réunion, l’ambassadeur de l’UE Raoul MATEUS PAULA, a rappelé l’importance de promouvoir l’économie verte à travers la préservation de la biodiversité et écosystèmes fragiles et a demandé aux participants de proposer des recommandations efficaces au sortir de cette deuxième session : « Je compte donc sur la participation pleine et effective de chaque participant afin que les échanges soient constructifs et que nous puissions aboutir à des recommandations pertinentes. (…) pour atteindre les objectifs ambitieux de notre programme ECOFAC 6 en particulier mais également des objectifs de développement durable 14 et 15 relatifs à la préservation de la vie aquatique et la vie terrestre, nous   nous devons de faire preuve d’engagement, de participation active et de collaboration. »

Par ailleurs la République du Congo qui bénéficie de cet appui financier de l’UE représenté ici par l’ordonnateur National Suppléant du Fonds Européen de Développement (FED) a remercié dans son allocution tous les partenaires qui œuvrent pour la préservation efficace de son environnement :« (…) aujourd’hui, nos aires bénéficient des multiples appuis de tous ces partenaires au développement et vous en êtes l’un des héros, car votre dévouement pour le développement de notre pays n’est plus à démontrer. »

Il a par la suite ouvert par la suite les travaux de la deuxième session du CDSN qui se sont déroulés pendant près de 6 heures.

En outre, l’Union Européenne met au total 56,7 milliards de FCFA à la disposition de sept Etats de la CEEAC dont le Gabon, le Congo, le Cameroun, la République Centrafricaine, la RDC, Sao Tomé et Principe et le Tchad afin de contribuer à la protection de la biodiversité de leurs pays respectifs.

Rappelons que la première session tenue le 2 décembre 2019 toujours à Brazzaville avait eu pour conclusions entre autres la capitalisation de l’économie de la conservation au niveau national pour la diversification de l’économie, la prise en compte des foyers de fortes activités sur la lutte contre le braconnage et le trafic illicite des ressources naturelles et minières.

Marielle BAKATOULA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Banner