Banner
Environnement

Environnement : le plus grand trou dans la couche d’ozone jamais découvert se referme enfin

Le plus grand trou dans la couche d’ozone jamais détecté au-dessus du pôle Nord s’est refermé, près d’un mois après avoir été découvert.

Fin mars, les scientifiques du service de surveillance de l’atmosphère Copernicus (CAMS) ont repéré ce qu’ils ont appelé un grand trou « sans précédent » dans l’atmosphère, qui se profile au-dessus de la région arctique.

Il s’est rapidement transformé en le plus grand trou qu’ils aient jamais surveillé dans l’hémisphère nord.

Il avait la taille du Groenland et s’étendait sur la surface de la calotte glaciaire polaire.

Mais dès le 23 avril, il y avait de bonnes nouvelles : « Le trou dans la couche d’ozone sans précédent dans l’hémisphère nord en 2020 s’est refermé », a tweeté le CAMS.

Le Cameroun assouplit ses mesures de lutte contre le Covid-19

Le Premier ministre de la Guinée Bissau infecté

Les clés de la réussite du Vietnam dans la lutte contre le Covid-19

L’importance de la couche d’ozone

Image caption La couche d’ozone protège la Terre contre les rayonnements nocifs

La couche d’ozone fournit à la Terre une protection essentielle contre les rayons nocifs du Soleil.

La majeure partie de l’ozone terrestre est stockée dans les couches supérieures de l’atmosphère – dans la stratosphère.

À une altitude comprise entre 10 et 40 km au-dessus de la terre, la couche d’ozone est l’un des boucliers les plus efficaces contre les rayons ultraviolets.

Une déficience dans ce bouclier pourrait affecter le rythme de la fonte des glaces, exercer une pression accrue sur le système immunitaire des organismes vivants et augmenter le risque de développer un cancer de la peau et des cataractes chez l’homme.

Bien qu’il y ait eu auparavant de petites lacunes dans la couche d’ozone au-dessus de l’Arctique, c’est la « première fois que l’on peut parler d’un véritable trou dans la couche d’ozone au-dessus de l’Arctique », selon le CAMS.

Comment le trou est-il apparu et a-t-il disparu ?

Image caption Les trous dans la couche d’ozone au-dessus du pôle Nord sont rares

L’organisation a déclaré que le trou à croissance rapide était le résultat de conditions météorologiques inhabituelles au-dessus de l’Arctique.

Lorsque des vents forts ont emprisonné de l’air glacé au-dessus des calottes glaciaires pendant plusieurs semaines d’affilée, ils ont créé ce que les scientifiques ont appelé un « vortex polaire » – une force puissante qui tourne sur elle-même et génère suffisamment d’impact pour percer un trou dans l’ozone de la stratosphère.

Bien que ce trou soit maintenant comblé, les scientifiques affirment qu’il pourrait se rouvrir si les conditions météorologiques le permettent.

« Ce trou dans la couche d’ozone de l’Arctique n’a en fait rien à voir avec les confinements liés aux coronavirus, mais a plutôt été causé par un vortex polaire exceptionnellement fort et de longue durée », a déclaré le CAMS dans un tweet.

« Ce trou d’ozone était essentiellement un symptôme du problème plus large de l’appauvrissement de la couche d’ozone, et s’est refermé en raison des cycles annuels locaux, et non d’une guérison à long terme. Mais, il y a de l’espoir : la couche d’ozone guérit aussi, mais lentement », ajoute-t-il.

Le trou dans la couche d’ozone au-dessus de l’Antarctique est toujours ouvert

Image caption Le trou dans la couche d’ozone de l’Antarctique se produit chaque année depuis plus de trois décennies

Un trou au-dessus du pôle Nord est un événement rare, mais un trou beaucoup plus grand se rouvre chaque année au-dessus de l’Antarctique depuis 35 ans.

Bien que sa taille varie d’une année à l’autre, rien ne laisse présager sa fermeture définitive dans un avenir proche.

On observe une lente reprise depuis que l’utilisation des CFC – chlorofluorocarbures – a été interdite en 1996.

Alerte au coronavirus: un syndrome rare observé chez des enfants

Les cadavres peuvent-ils transmettre le coronavirus?

Coronavirus : « un milliard de personnes pourraient être infectées »

Il s’agit de produits chimiques utilisés dans la fabrication d’aérosols, de mousses, de solvants et de réfrigérants.

Selon l’Organisation météorologique mondiale (OMM), le trou dans la couche d’ozone de l’Antarctique a diminué d’environ 1 à 3 % par décennie depuis 2000.

Jusqu’à présent, le plus petit trou entier enregistré dans la couche d’ozone de l’Antarctique l’a été l’année dernière (2019), mais l’OMM prévoit qu’il ne devrait pas se résorber complètement avant au moins 2050.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Banner