Banner
Santé

L’Afrique face au coronavirus : « Ces quatre derniers jours, on a vu les chiffres doubler »

Un centre de quarantaine installé au stade Sani-Abacha de Kano, au Nigeria, le 7 avril 2020. AMINU ABUBAKAR / AFP

Alors que le continent est jusqu’à présent relativement épargné par rapport à l’Europe, « certains pays pourraient très bientôt connaître un pic important », prévient l’OMS.

Il y a à peine deux semaines, les prévisions des experts étaient rien moins qu’effrayantes. L’Afrique allait être rapidement submergée par la pandémie de coronavirus, forcément désastreuse dans un continent pauvre aux systèmes de santé défaillants. Le nombre des contaminations a depuis nettement progressé, du Caire au Cap, mais il reste encore très en deçà des lourds bilans recensés en Europe ou aux Etats-Unis.

Selon le dernier décompte établi par l’AFP, plus de 12 800 contaminations et environ 700 morts ont été recensées officiellement en Afrique, dans 52 de ses 54 pays. Seuls l’archipel des Comores et le petit royaume du Lesotho y ont échappé. Le pays le plus touché d’Afrique subsaharienne, l’Afrique du Sud, a dépassé les 2 000 cas confirmés, dont 25 morts, tandis que dans le nord du continent, l’Algérie compte 293 morts pour plus de 1 900 cas. Sans commune mesure avec les plus de 871 000 cas et 71 000 décès recensés en Europe.

Lire aussi Coronavirus : l’Afrique subsaharienne menacée de récession et de crise alimentaire

Mais la marée monte, alertent les experts. « Ces quatre derniers jours, on a vu les chiffres doubler », a averti jeudi 9 avril Michel Yao, chargé des situations d’urgence en Afrique à l’Organisation mondiale de la santé (OMS). « Certains pays pourraient très bientôt connaître un pic important », a-t-il ajouté, sans en citer aucun. « Le virus se répand au-delà des grandes villes. Ça veut dire qu’un nouveau front s’est ouvert », s’est inquiétée Matshidiso Moeti, la cheffe de l’OMS pour le continent.

Un système de dépistage « saturé »

C’est la grande inconnue, qui pose la question de la disponibilité des tests de dépistage. Malgré la générosité du milliardaire chinois Jack Ma, qui a promis d’en faire livrer plus d’un million, leur insuffisance est criante.

L’Afrique du Sud, qui dispose du système de santé le plus développé d’Afrique subsaharienne, revendique plus de 73 000 tests réalisés à ce jour, pour une population de 57 millions d’habitants. « C’est beaucoup trop peu pour le type de défi auquel [notre pays] est confronté », a toutefois estimé son ministre de la santé, Zweli Mkhize, qui a prévu de monter la capacité quotidienne à 30 000. A titre de comparaison, le Nigeria n’affiche à son compteur officiel que 5 000 tests pour… 190 millions d’habitants. « Le système de dépistage est complètement saturé, confie un médecin d’une clinique privée de Lagos. Et on ne sait même pas si les résultats sont fiables. »

Lire aussi Coronavirus : « En Afrique, on ne réfléchira pas le développement de la même façon après la crise »

Faute de tests, de nombreux pays sont incapables d’estimer l’ampleur de l’épidémie sur leur sol. Jusque-là réduit aux projections au doigt mouillé, le Kenya espère bientôt lancer un dépistage plus systématique de sa population. « Nous travaillons dur pour nous procurer plus de tests », a annoncé samedi Patrick Amoth, le directeur général du ministère de la santé : « Nous voulons savoir réellement où nous en sommes, si nous gagnons la bataille ou s’il faut changer de stratégie. »

John Nkengasong, chef du Centre africain de contrôle et de prévention des maladies, concède que, faute de tests, les statistiques ne sont pas « parfaites ». Mais il écarte l’idée que de nombreux cas passent sous les radars. Les hôpitaux « seraient envahis de malades », ce qui n’est pas le cas, se réjouit-il.

Couvre-feu, état d’urgence, confinement…

L’épidémie a gagné l’Afrique quelques semaines après l’Europe, permettant à ses dirigeants d’adopter des mesures de prévention plus tôt. La plupart des gouvernements ont fermé leurs frontières et sévèrement restreint les déplacements et les contacts publics sur leur territoire. Couvre-feu, état d’urgence, confinement… Toute la gamme a été utilisée. Ces mesures ont néanmoins souffert de nombreux accrocs dans les quartiers les plus densément peuplés et les plus pauvres, où la distanciation sociale relève de l’illusion et où rester chez soi équivaut à mourir de faim.

Ces décisions ont-elles toutefois ralenti l’épidémie ? « Il est trop tôt pour le dire », estime Matshidiso Moeti, de l’OMS. Chiffres à l’appui, le président sud-africain, Cyril Ramaphosa, en est lui convaincu. « Avant le confinement, la hausse moyenne du nombre de cas quotidiens était de 42 %. Depuis le début du confinement, la hausse quotidienne est passée à 4 % », a-t-il détaillé.

Lire aussi « Ce n’est pas difficile à soigner » : en Afrique, les remèdes des « guérisseurs » contre le coronavirus

Faute de moyens, le temps peut-être gagné sur la pandémie grâce aux confinements et autres quarantaines n’a pas permis aux systèmes de santé africains de boucher leurs trous, loin s’en faut. « Il y a une grave pénurie de structures de traitement pour les cas critiques de Covid-19 », a relevé l’OMS. Le nombre de lits disponibles dans les unités de soins intensifs ne dépasse pas cinq pour un million d’habitants, contre 4 000 en Europe. Et celui des respirateurs artificiels dans les hôpitaux publics est inférieur à 2 000.

Ce constat fait, personne n’ose pronostiquer l’ampleur que l’épidémie prendra sur le continent. L’OMS a relevé que 31 pays africains avaient enregistré moins de 100 cas et veut encore croire que « l’endiguement est possible ». Mais la menace persiste. « Le Covid-19 peut non seulement causer des milliers de morts, mais aussi semer la dévastation économique et sociale », rappelle sa cheffe pour l’Afrique.

Le Monde avec AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Banner