Banner
Non classé

Les chauves-souris propagent-elles le coronavirus ? Voici la réponse scientifique

Mais ceux qui étudient et admirent ces créatures insistent sur le fait qu’au lieu de persécuter les chauves-souris, nous devrions reconnaître leur rôle vital dans la nature.

Iroro Tanshi adore les gauves-souris. « Ce sont des chefs-d’œuvre ! ».

Tanshi, doctorante nigériane à la Texas Tech University aux États-Unis, fait partie d’un groupe important de scientifiques désireux de corriger l’image négative des chauves-souris – une réputation encore aggravée par les suggestions selon lesquelles elles ont joué un rôle dans la pandémie de coronavirus.

Des informations faisant état de massacres et d’expulsions de chauves-souris, de l’Australie à l’Indonésie, ont alarmé les écologistes du monde entier.

A lire aussi :

Pourquoi certaines personnes blâment-elles les chauves-souris ?

Image caption Iroro Tanshi attribue la peur des chauves-souris aux idées reçues, car leur nature nocturne les rend difficiles à observer

Les gens blâment les chauves-souris parce que le virus Sars-Cov2, qui cause Covid-19, est similaire à 96 % à un autre virus précédemment détecté chez les chauves-souris sauvages en fer à cheval, explique Tanshi.

Cela a transformé toutes les chauves-souris en suspects. Mais les chauves-souris ont un alibi scientifique.

« Des recherches évolutives récentes montrent qu’il y a environ 40 à 70 ans, le virus Sars-Cov2 s’est séparé du virus trouvé dans les chauves-souris », explique Tanshi, « fournissant des preuves supplémentaires que les chauves-souris n’ont peut-être pas directement transmis le virus Sars-Cov2 aux humains.  »

Le Dr Paul W Webala, maître de conférences en biologie de la faune à l’Université Maasai Mara au Kenya, est d’accord.

« En termes d’évolution, les chauves-souris et les humains sont assez éloignés et donc si en effet le SRAS-CoV-2 provenait des chauves-souris, il pourrait avoir traversé un hôte intermédiaire. »

C’est-à-dire que si en effet les chauves-souris ont été à l’origine du virus, ce ne seront toujours pas elles qui nous l’ont transmis, nous les humains.

Les soupçons sont tombés sur les pangolins en tant qu’intermédiaires potentiels.

Alors, qui est à blâmer ?

Image caption Dans les régions rurales du Kenya, où le Dr Webala a grandi, les personnes avec des chauves-souris dans leur cour étaient considérées comme des sorcières, qui gardaient des chauves-souris pour attirer la richesse.

Tanshi et ses collègues scientifiques conviennent catégoriquement que les humains – pas les chauves-souris – sont responsables de l’épidémie actuelle et de la propagation du virus au sein de la population humaine.

Le Dr Webala dit que l’activité humaine a créé la tempête parfaite pour la pandémie. « L’empiètement sur les habitats fauniques et la perte et la dégradation associées de l’habitat, ainsi que le transport humain, le stockage et le commerce de la faune – ces activités créent des conditions idéales pour le débordement d’agents pathogènes parmi les espèces qui n’ont eu aucun contact antérieur.

A lire aussi :

« Plusieurs éléments de preuve montrent que le risque de flambées zoonotiques – c’est-à-dire des flambées de maladies d’origine animale, mais qui se sont propagées à l’homme – augmente avec la destruction de l’habitat », explique Tanshi.

Tuer les chauves-souris ne nous protégera pas du coronavirus. Au contraire, les détruire en masse et les déplacer de leurs habitats pourrait aggraver la situation, soulignent les écologistes.

Image caption Dormir à l’envers n’est pas un signe du mal, c’est une brillante adaptation : compétition quasi nulle pour l’espace de repos et toujours prête pour le vol en cas d’urgence

« Environ 70 % des plus de 14 000 espèces de chauves-souris sont insectivores, ce qui signifie qu’elles se nourrissent uniquement d’insectes et d’autres arthropodes [un type d’animal sans colonne vertébrale, une peau extérieure dure, des pattes avec des os réunis et un corps divisé en différentes parties ] », explique le Dr Webala.

« Beaucoup d’insectes aériens et nocturnes nourris par les chauves-souris sont des vecteurs d’agents pathogènes importants pour la santé humaine », dit-il. En d’autres termes, ils sont porteurs de maladies qui affectent l’homme, notamment la dengue et le paludisme.

Le ciblage et le déplacement des chauves-souris devraient donc augmenter le nombre de foyers de maladie.

Comment les chauves-souris bénéficient-elles aux humains ?

Image caption Les chauves-souris polonisent plus de 500 espèces de plantes

« Si vous portez du coton, si vous avez bu du café ou du thé, si vous avez mangé de la nourriture à base de maïs ou l’un des nombreux aliments de la ferme, votre journée a déjà été touchée par les chauves-souris », explique le Dr Webela.

Les chauves-souris fournissent des services éco systémiques essentiels en tant que pollinisateurs, épandeurs de semences et agents de lutte antiparasitaire.

Tout, de la nourriture aux cosmétiques, aux meubles et aux médicaments, nécessite un travail des chauve-souris.

Sans chauves-souris, l’Indonésie n’aurait pas une récolte de durian réussie, Madagascar perdrait ses baobabs emblématiques et les plantations de macadamia seraient dévastées.

« Les chauves-souris dispersent plus de deux fois plus de graines que les oiseaux », explique le Dr Webela, « permettant un flux génétique vital et le reboisement des forêts fragmentées sous les tropiques ».

Selon plusieurs études, rien qu’aux États-Unis, les chauves-souris font économiser aux agriculteurs des milliards de dollars par an en pesticides et réduisent les dégâts aux cultures.

Qu’est-ce qui rend les chauves-souris si spéciales ?

Image caption Les chauves-souris sont les seuls mammifères capables de voler

« Les chauves-souris sont des animaux étonnamment performants : on les trouve sur tous les continents sauf en Antarctique », explique Tanshi.

« En tant que chercheur de chauves-souris, j’ai exploré des grottes, des forêts, des montagnes et des savanes. »

Les chauves-souris ont excellé dans l’adaptation évolutive, ajoute-t-elle.

« Des doigts comme des ailes, une navigation par écholocation et une vision stellaire qui leur a permis de coloniser le ciel nocturne. Si être un mammifère était un art, les chauves-souris seraient des chefs-d’œuvre ! »

Le Dr Webala partage cet enthousiasme et plaide en faveur de leur conservation.

« Il ne fait qu’émerger que les chauves-souris peuvent avoir un excellent système immunitaire particulièrement adapté pour tolérer les pathogènes et les maladies.

Cette résilience remarquable … pourrait potentiellement produire de nouvelles thérapies pour renforcer les défenses antivirales humaines.  »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Banner