Banner
Non classé

Climat/F2BC : le Fonds bleu entame le dernier virage de son opérationnalisation

Photo de famille

Mme Arlette Soudan-Nonault, ministre du Tourisme et de l’Environnement du Congo a ouvert l’atelier de lancement de l’étude de préfiguration du Fonds Bleu pour le Bassin du Congo, ce 4 avril 2019 à Brazzaville, prélude à la cérémonie de signature des contrats entre la Commission Climat du Bassin du Congo, le PNUD Maroc et le Cabinet Ernst & Young qui interviendra ce 5 avril courant.

Après de création le 16 novembre 2016 à Marrakech, en marge de la COP22, par les Chefs d’Etat et de Gouvernement Africains à l’initiative de Sa Majesté Mohammed VI, Roi du Maroc, des trois Commissions pour concilier la lutte contre les changements climatiques et le développement économique pour une émergence de l’Afrique, et un an après la tenue de l’atelier  de validation des Termes de Référence de l’étude de préfiguration du Fonds Bleu pour le Bassin du Congo, à Rabat, le 12 mars 2018, Brazzaville abrite l’atelier de lancement de l’étude de préfiguration du Fonds Bleu pour le Bassin du Congo, prélude à la cérémonie de signature des contrats entre la Commission Climat du Bassin du Congo, le PNUD Maroc et le Cabinet Ernst & Young.

Cet atelier marque une étape importante dans le processus d’accélération de l’opérationnalisation du Fonds Bleu pour le Bassin du Congo, outil financier de la Commission Climat du Bassin du Congo. Pour Arlette Soudan-Nonault, ministre du tourisme et de l’environnement, le Fonds bleu « destiné à financer le développement et la promotion de l’économie bleue, est un outil stratégique pour la diversification de l’économie actuelle des dits Etats, ainsi que la création d’emplois et l’amélioration des conditions de vie des populations des Etats membres des deux Communautés Economiques Régionales. »

A noter que le Cabinet Ernst & Young a été sélectionné à l’issue d’un processus international transparent sous la supervision du PNUD New York, conduira cette étude de préfiguration du Fonds Bleu pour le Bassin du Congo qui est constitué de deux Lots, à savoir : le lot N°1 consacré à l’élaboration du Plan d’Investissement des programmes sectoriels de l’économie bleue adoptés par les Ministres en lien avec les Contributions Déterminées Nationales (CDN) présentées par les Etats membres des deux Communautés Economiques Régionales à la COP 21 organisée à Paris en décembre 2015.

Ensuite, le second Lot consacré à l’élaboration de tous les outils (politiques, diplomatiques, techniques, juridiques) d’un véhicule financier destiné à doter le Fonds Bleu pour le Bassin du Congo d’une gouvernance aux normes mondiales au service des attentes des Etats, des Entreprises, des Partenaires Techniques et Financiers et des populations.

« Pour y parvenir, la Commission Climat du Bassin du Congo va assurer la coordination de toutes les initiatives existantes et en cours concernant, entre autres, la finance climatique représentée par le Fonds Bleu pour le Bassin du Congo, dont la zone géographique recouvre les Etats membres de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale et ceux de la Communauté de l’Afrique de l’Est. » é déclaré Arlette Soudan-Nonault.

Mme Arlette Soudan-Nonault, Ministre du Tourisme et de l’environnement du Congo, Coordinatrice Technique de la Commission Climat du Bassin du Congo (CCBC), a remercié au premier plan, le président de la République du Congo, Denis Sassou N’Guesso, pour son « engagement à mettre en place le Fonds bleu, cet outil financier de la Commission Climat pour le Bassin du Congo. »

La Coordonatrice technique de la CCBC a, au nom du président Denis Sassou N’Guesso, Président de la Commission Climat du Bassin du Congo, réaffirmé l’engagement et la détermination de son pays, la République du Congo, à impulser le processus d’accélération de ladite Commission et de son outil financier : le Fonds Bleu pour le Bassin du Congo.

Il sied de rappeler que la cérémonie d’ouverture a connu aussi les allocutions du représentant du Cabinet Ernest& Young, de Mme Martine Terrere, Représentante résidente du PNUD-Maroc, du Docteur Honoré Tabouna de la CEEAC et de Mme Rajae Chafil, Directrice du Centre des Compétences pour les Changements Climatiques (4C-Maroc). Dans leurs messages, tous ont loué les efforts consentis par madame la ministre et son dynamisme afin de mobiliser les différents partenaires pour donner un push pour la concrétisation de cette étude avec la désignation, après l’appel d’offres du Cabinet Ernest& Young.

A titre de rappel, la journée du 5 avril sera consacrée à la cérémonie de signature des contrats entre la Commission Climat du Bassin du Congo, le PNUD Maroc et le Cabinet Ernst & Young.

Wilfrid Lawilla D.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Banner