Banner
Agriculture

Secteur agricole : l’ARC et le GCA signent un protocole d’accord pour renforcer la résilience face aux changements climatiques.

De gauche à droite : le professeur Patrick Verkooijen, PDG du GCA, M. Ban Ki-moon, coprésident du GCA, et M. Ibrahima Cheikh Diong, Sous-Secrétaire général des Nations Unies et Directeur général du Groupe ARC

Le Groupe de la Mutuelle panafricaine de gestion des risques (ARC) et le Centre mondial pour l’adaptation (GCA) ont signé, le 6 septembre 2021, à Rotterdam au Pays-Bas, un protocole d’accord dans le but de renforcer la résilience face aux changements climatiques dans le secteur agricole en facilitant l’accès aux investissements dans le domaine de la gestion des risques dans le cadre de la planification à l’échelle gouvernementale et du plaidoyer de haut niveau.

L’accord de partenariat vise également la collaboration dans les activités ayant une influence sur les politiques, afin d’aligner le secteur financier africain sur les engagements en matière de changement climatique pris aux niveaux national et mondial. Cela inclura la dissémination de l’intégration de la résilience aux changements climatiques parmi les régulateurs financiers de l’assurance en Afrique, ainsi que la production et la diffusion de connaissances pour renforcer les initiatives d’atténuation des risques de catastrophe à tous les niveaux. Cette initiative sera soutenue par une évaluation conjointe du paysage aux fins du développement d’instruments de transfert de risques et d’autres instruments innovants permettant d’améliorer la participation des pays africains aux groupes d’assurance de l’ARC contre les risques de catastrophe.

Patrick Verkooijen, PDG du GCA, a souligné la nécessité d’une telle collaboration pour la mobilisation de nouvelles sources de financement aux fins de l’adaptation : « Il existe un écart de cinq à dix fois entre les ressources financières actuellement consacrées à l’adaptation aux changements climatiques et les besoins d’adaptation dans les pays en développement. Davantage d’investissements de la part du secteur privé et de nouveaux instruments financiers sont nécessaires pour aider les communautés vulnérables à résister à l’accélération des incidences du changement climatique. Grâce à ce partenariat, notre Programme d’accélération de l’adaptation en Afrique (AAAP) veillera à ce que nous puissions nous adapter à grande échelle à travers le continent et à fournir le soutien dont ont désespérément besoin ceux qui se trouvent en première ligne de notre urgence climatique ».

A en croire Ibrahima Cheikh Diong, Sous-Secrétaire général des Nations Unies et Directeur général du Groupe ARC, « Réaliser la résilience climatique en Afrique exige des partenariats intelligents et un alignement ciblé entre les agences mues par la même vision », avant d’ajouter : « Nous sommes convaincus que la collaboration avec le GCA sera un puissant catalyseur pour garantir que nous maintenons une approche axée sur les solutions en aidant nos membres avec les outils innovants, le renforcement des capacités et les ressources financières dont ils ont besoin pour une réponse anticipée aux risques de catastrophe naturelle ».

A noter qu’aux termes du protocole d’accord signé par les chefs des deux institutions, les parties s’engageront conjointement dans un plaidoyer de haut niveau et dans la facilitation de dialogues et d’échanges visant à garantir un accès par leurs parties prenantes aux meilleures pratiques et instruments de financement des risques de catastrophe dans le cadre de leurs stratégies globales d’adaptation aux changements climatiques.

Il sied de noter que l’ARC et le GCA sont particulièrement bien positionnés, dans le cadre du partenariat et de leurs mandats, pour travailler en synergie dans le but de la réalisation de leurs objectifs communs. Cela aidera à fournir des solutions globales et innovantes susceptibles de renforcer la résilience en intensifiant l’adaptation pour une réponse rapide aux catastrophes climatiques dans les États membres de l’Union africaine.

Quid sur les Groupes ARC et GCA  

Le Groupe de la Mutuelle panafricaine de gestion des risques (ARC) a été́ créé en 2012 en tant qu’institution spécialisée de l’Union africaine pour aider les Etats membres à améliorer leurs capacités afin de mieux planifier, préparer et répondre aux catastrophes météorologiques, et il est composé de l’Institution de l’ARC et de la Société́ d’assurance de l’ARC (ARC Ltd).

Quant au Centre mondial pour l’adaptation (GCA) est une organisation internationale qui agit en tant que courtier en solutions pour accélérer l’action et le soutien aux solutions d’adaptation, de l’international au local, en partenariat avec les secteurs public et privé, afin de garantir que nous apprenons les uns des autres et travaillons ensemble pour un avenir résilient aux changements climatiques. Fondé en 2018, le GCA est basé aux Pays-Bas, où il travaille depuis son siège à Rotterdam avec un pôle de connaissances et de recherche basé à Groningue. Le GCA dispose d’un réseau mondial de bureaux régionaux à Abidjan, en Côte d’Ivoire, à Dhaka (Bangladesh) et à Beijing (Chine).

Wilfrid Lawilla DIANKABAKANA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Banner